« On dit que la légende de l'Ouest fut écrite sur la selle d'un cheval. Mais aucun cheval ne l'avait contée avec son cœur... Jusqu'à ce jour... »
 
Nous recherchons actuellement unes équipe de rédaction pour le journal. Si vous êtes intéressé(e), envoyez un message privé à Atlas.
Le concours du printemps est achevé ! N'oubliez pas de votez pour votre texte favori !

Partagez | 
 

 « C'était comme une promesse ; doux et terriblement faux. » - Luna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Atlas
Inclinez-vous devant votre
Inclinez-vous devant votre
avatar

Messages : 225
Points d'XP : 170
Date d'inscription : 23/12/2016
Age : 16

MessageSujet: « C'était comme une promesse ; doux et terriblement faux. » - Luna   Lun 3 Juil - 21:58




C'était comme une promesse...
Atlas


Un éclat argenté apprit au clydesdale la présence d'un banc de petits poissons à la surface-même de l'eau. Celui-ci s'ébroua et reprit son chemin. Il n'aimait pas la sensation du sable humide collant à ses longs fanons et se glissant sous ses sabots. L'odeur fortement salée de l'eau le répugnait. L'endroit avait son charme, certes, mais il s'en contrefichait. Seules ses propres terres lui importaient.
Le Roi ne comprenait pas. Il trouvait puéril et horripilant de s'amuser à galoper sur ce sable détrempé jonché de coquillages qui s'emmêlaient dans ses fanons et lui piquaient la fourchette sous les pieds. Comment certains pouvaient-ils y voir un quelconque plaisir ? Lassé de sentir le poids de la matière dorée pâle dans ses fanons, il s'avança dans l'eau. Elle s'enroula aussitôt autour de ses pieds, les lames légères se brisant contre ses sabots.

Il avait quitté son harem à l'aube, laissant derrière lui un groupe paisible et endormit. Il avait pris soin de laisser à la matriarche la tâche de veiller à ce que tout se passait bien en son absence. Il savait qu'elle le préviendrait à son retour du moindre trouble, et qu'elle s'assurerait que des guerriers et gardiens soient toujours présents et disponibles pour qu'aucun ennemi ne trouble la quiétude du harem.
Après avoir donné ses consignes à la jument, il avait prit le chemin des Terres Libres, pour se changer d'air. Ses frontières ne lui suffisaient parfois plus. Après avoir parcourut le monde entier, comment pourrait-il se satisfaire de ces quelques kilomètres de territoires où il était Roi ?

Ainsi était-il parvenu à la plage, lieu humide, certes charmant, mais bruyant. Ce n'était, heureusement pour lui, pas un de ces jours où il aspirait au silence paisible de la solitude. Le bruit incessant des vagues, du vent, la succion du sable, tout cela l'eût indisposé alors, mais dans le cas présent, ces bruissements qui se mêlaient à l'effluve salée ne le dérangeaient pas le moins du monde. Il se plaisait même à les écouter, cela lui rappelait ses lointains voyages d'autrefois. Le Roi était d'humeur paisible, et, hors de ses terres, se savait presque égal à ceux qu'il aurait pu rencontrer. Presque, parce qu'il restait tout de même Atlas ; dominant d'un harem et puissant guerrier que rares pourraient ne serais-ce qu'espérer vaincre.

Un bruit d'éclaboussures lui fit redresser les oreilles. Bientôt, il aperçut une silhouette équine se profilant à l'horizon, profitant des vagues douces et légères de cette journée ensoleillée. La brise soufflait vers la mer, et le parfum du sel lui cachait celui de l'autre équidé. Impossible de savoir de qui il s'agissait. Reprenant sa froideur habituelle, il coucha les oreilles. Pourtant, c'est d'une voix calme et posée, quoi que impériale comme toujours, qu'il lança :

« A qui ais-je l'honneur ? »



(c) PF




Autre :
 


Parce qu'Atlas, c'est The Best :
 


Couleur de parole : goldenrod
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna

avatar

Messages : 45
Points d'XP : 2
Date d'inscription : 03/07/2017

MessageSujet: Re: « C'était comme une promesse ; doux et terriblement faux. » - Luna   Mar 4 Juil - 15:56

...Doux et terriblement faux.

Luna

&

Atlas

Une belle journée s'annonçait. Le soleil était déjà haut dans le ciel quand Luna était arrivée. Cela faisait longtemps qu'elle n'était pas venue ici. Le vent chargé d'embruns l'avait assaillie et la jument le sentit frôler sa peau. L'air apportait l'odeur de sel iodé, une odeur reconnaissable entre mille. Elle avait alors accéléré le pas et s'était bientôt retrouvée sur l'immense plage.
Le sable, chauffé par le soleil, avait doucement enveloppé ses sabots et la jument s'était laissée tomber de fatigue.

Mais Luna ne s'accorda pas de répit. Elle se releva et entreprit de marcher le long de la plage.
Les vagues venaient lécher ses pieds. Un long frisson courra le long de son échine. La différence de température entre le sable et l'eau se faisait ressentir dès que l'on touchait cette dernière.
Le voyage l'avait encrassée c'est pourquoi la jument décida d'avancer dans l'eau afin de se baigner.
Elle n'osa pas aller trop loin mais quand elle revint sur le rivage, elle était de nouveau blanche a en faire mal aux yeux.

Ce bain l'avait revigoré ! Elle observa les flots avant de continuer sa marche. Elle trouva de nombreux coquillages déposés par la mer. Elle fut tentée d'en prendre un mais se ravisa. Voilà qu'elle se mettait a collectionner des objets !
Elle secoua la tête: elle n'avait pas besoin de souvenirs matériels.
La jument s'amusa a gratter le sable qui se trouvait sous l'eau. Elle aimait voir les volutes de sable se disperser au gré du courant.
Un ou deux poissons effrayés par tout ce raffut partirent a toute allure.
C'est ainsi qu'elle aimait la vie: libre.
Mais la solitude lui devenait de plus en plus pesante...

Dans le coin de l'oeil, Luna distingua une silhouette d'apparence équine. Elle crut d'abord a un mirage en raison de l'absence d'odeur puis parvint enfin a distinguer nettement les contours de l'inconnu. Avant qu'elle n'ait pu l'identifier, une voix puissante s'éleva:

« A qui ais-je l'honneur ? »

Instinctivement, elle se raidit et se redressa pour paraître plus grande. Mais ce n'était rien par rapport au géant qui s'avançait a présent vers elle. Les oreilles de la jument se rabaissèrent légèrement.
Elle se passerait bien d'un étalon arrogant mais il n'y avait rien a faire.
Elle ne pensait pas que c'était un honneur pour lui de la rencontrer il abusait un peu. Tout dans sa posture indiquait sa dominance.
Elle répondit donc avec nonchalance, indifférente a l'étalon et a son humeur:

"Une simple solitaire que tu oublieras après être reparti."


Désolé pour lui mais elle ne venait pas chercher les conflits.




(c) Atlas - DreamWorks --} Merci Atlas pour cette magnifique signature dont je suis amoureuse *O* xD
Autres:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atlas
Inclinez-vous devant votre
Inclinez-vous devant votre
avatar

Messages : 225
Points d'XP : 170
Date d'inscription : 23/12/2016
Age : 16

MessageSujet: Re: « C'était comme une promesse ; doux et terriblement faux. » - Luna   Ven 14 Juil - 19:23




C'était comme une promesse...
Atlas


A chaque foulée du titan, la silhouette se précisait. Elle dévoilait au fil de ses pas ses courbes féminines, ses lignes gracieuses et délicates, ses teintes astrales. C'était, à n'en point douter, une jument - et tout du moins splendide. Sa robe immaculée, comme un écho au pâle éclat des astres nocturnes, donnait l'impression à quiconque l'aurait regardé à cet instant d'être née de l'écume qui s'enroulait autour de ses membres fins. Tandis qu'il approchait, Atlas croisa son regard noisette délicat, et y découvrit sans étonnement une certaine appréhension malgré la tête haute de la jument. Cette même étincelle luisait dans les yeux de tous ceux qui croisaient son chemin. Pourtant, malgré son imposante carrure et son caractère autoritaire, le Roi ne blessait pas sans raison.

« Une simple solitaire que tu oublieras après être reparti. » laissa-t-elle échapper.

Sa voix, agréable à l'oreille, était pleine d'une certaine indifférence. Atlas s'arrêta non loin d'elle, laissant l'eau salée se glisser dans ses fanons et les soulever dans une valse farouche au gré des vagues qui venaient lécher le sable sec. Un léger sourire s'esquissait sur ses lèvres équines, et il baissa légèrement l'encolure pour plonger son regard vairon, où luisait une lueur d'amusement, dans celui de la jument immaculée qui se disait solitaire.

« Je n'oublie jamais, fille des étoiles. » souffla-t-il de sa voix grave emplie de sincérité.



(c) PF




Autre :
 


Parce qu'Atlas, c'est The Best :
 


Couleur de parole : goldenrod
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« C'était comme une promesse ; doux et terriblement faux. » - Luna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'me suis fait comme une promesse... [PV Nikita]
» C'était comme un vide. (Arpango?)
» cette nuit à côté de toi, c'était comme une lueur dans les profondeurs. ҂ TALIE
» Elle était comme un point fixe dans ce monde étourdissant. | Eric [fini.]
» [403] C'était comme contempler les étoiles...[GIVRALI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cimarron RPG :: RP :: Terres Libres :: La Plage aux Vents-
Sauter vers: