« On dit que la légende de l'Ouest fut écrite sur la selle d'un cheval. Mais aucun cheval ne l'avait contée avec son cœur... Jusqu'à ce jour... »
 

Partagez | 
 

 Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Jeu 4 Jan - 19:30

Le soleil montait sur l'horizon, il faisait bon et moi j'attendais dans un box, qu'elle frustration. Mon cavalier arriva vers le milieu de la journée, il me sella rapidement puis me monta, on s'approcha des portes du fort qui s'ouvrir, aussitôt mon cavalier me laissa partir au galop, on parcourut rapidement le terrain qui nous séparait d'une plaine verdoyante, mon cavalier me fit repasser au pas. J'avais hâte de pouvoir galoper librement, j'étais content d'avoir trouver le seul cavalier assez étrange pour me monté sans mors et en plus il me laisser en liberté a la fin de chaque sortis avant de rentré au fort. Je marchais sous le soleil avec mon cavalier.





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.




Dernière édition par Colère du Ciel le Sam 6 Jan - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Jeu 4 Jan - 21:25

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.
La bai dormait, détendue, pour une fois.
Puis elle sentit des pas de bipède approcher, et se réveilla aussitôt, la tête abaissée comme celle d'un serpent et les oreilles plaquées contre sa nuque. C'était un bipède du camp, qui apportait une selle et un filet. Il commença à s'avancer vers elle.
Elle voulait répliquer. Lui faire mal. Le laisser ensanglanté au sol.
Mais Eshervell savait qu'elle n'y gagnerait rien, et n'arriverait surement même pas à le toucher.
La seule chose qui pourrait alors lui arriver serait la matraque. Encore, et encore, jusqu'à qu'elle titube debout sans aucune fuite possible, l'esprit embrouillé.
Il jeta le morceau de cuir mort sur son dos, brûlant douloureusement ses cicatrices, ouvrit de force sa bouche et y infiltra le froid morceau de métal qu'ils appelaient "mors", puis glissa son pied dans l'étrier et se laissa tomber durement sur son dos. Durant toute l'opération, la jument n'avait pas bougé d'un poil, crispée à l'extrême dans sa position de rage et de furie impuissantes.
Il matraqua ensuite ses flancs d'un autre bout de métal accroché à ses talons, et la bai se mit en marche de grands pas crispés. Celui qui se prétendait cavalier ramena ensuite les hanches de sa monture contre la barrière, puis ouvrit celle-ci vers l'extérieur.
Eshervell brisa son immobilité en piaffant, accompagnant le son d'un mouvement brusque de la tête lorsqu'elle se fit diriger vers les terres des sauvages. Ils sortaient ! Une grimace qui pouvait porter le nom de sourire se dessina sur ses lèvres. Enfin. Elle pourrait ressentir l'euphorie d'une capture et voir la liberté et l'esprit d'un des autres se briser.
Tandis qu'ils galopaient à toute allure, ses antérieurs s'abattant de toutes ses forces sur le sol en un dérivatoir exquis, elle sentait le soleil caresser sa peau.
"Quelle belle journée, décidément."
Puis soudain, le bipède se rassit sur son dos et tira brusquement sur les rênes, meurtrissant sa bouche et l'obligeant à s'arrêter. Ne comprenant pas pourquoi, ses oreilles quittèrent un instant sa nuque pour chercher l'origine de cet étrange comportement... et revinrent se plaquer de suite quand elle aperçut l'autre cheval. Sa tête oscilla de droite à gauche, et elle se ramassa sur elle-même pour s'élancer contre lui... Quand son cavalier tira une nouvelle fois sur les rênes et l'obligea à marcher au pas jusqu'à l'autre et un bipède monté à cru sur son dos.
© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY


Dernière édition par Asrae - Eph. le Sam 6 Jan - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Jeu 4 Jan - 21:44

Mon cavalier tira d'un coup sur les rênes et je cabra légèrement, il venait de me surprendre, je renâcla pour lui montré ma frustration et il relâcha les rênes. Je sentis le soldat me demander de tourner et on s'approcha d'une jument dans un piteuse état monté par un cavalier qui m’énervè, je n'aimais toujours pas les hommes mais j'avais besoin d'une pause et puis cet humain me laisser ma liberté de temps à autre alors bon. Je compris vite que l' intrus était un nomade, je plaquais mes oreilles contre ma nuque en m’approchant du bipède, mon cavalier le sentis car les rênes se tendirent à nouveau, je ne rua pas mais je montrais mon mécontentement, le soldat dit quelque chose a l'autre.
"Bonjour, que faite vous ici ?"
J'avais compris le fonctionnement des hommes, enfin je crois, normalement l'autre obéissait au soldat, enfin bref, peut importe, je forças mon bipède a lâchait les rênes, puis j’observai la jument.

- Nous somme dans le même camps apparemment

Je percevais la furie de a jument, je voyais dans ces yeux un dégout immense, mais elle ne me faisait pas peur, je me souviens de quand je suis arrivais au fort, j'étais un vrai démon, que je pouvais redevenir d'une minute à l'autre.





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Sam 6 Jan - 15:45

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.
Le soldat questionna celui qui était sur son dos:
- Bonjour, que faites vous ici ?
D'un ton cordial, tandis qu'Eshervell se tendait de plus en plus en entendant la voix des bipèdes, il lâcha:
- Expédition de capture. C'est un bon territoire par ici, il y a un grand troupeau de sauvages, il faut juste prendre garde au dominant, un espèce de monstre gigantesque.
De son côté, l'autre cheval lança:
- Nous sommes dans le même camp apparemment.
La jument pris son temps, examinant de haut en bas l'autre, puis elle cracha:
- Je ne crois pas, non. Tu es vivant.
Au moins, il semblait souffrir. Pas autant qu'elle, mais c'était déjà une consolation.
Le bipède sur son dos, proposa soudain:
- Ça vous tenterait de vous joindre à moi ? Poursuivre un sauvage peut être assez amusant.
Une grimace de sourire se dessina sur ses lèvres.
- Oh, oui. C'est si jouissif.
Puisqu'ils semblaient se préparer à la capture d'un autre, elle pouvait bien ne pas se préoccuper de la monture du soldat.
© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 7 Jan - 0:34

La réplique de la jument me surpris mais je ne dis rien et répondis au demande de mon cavalier, passant au trot pour invité l'autre à nous suivre, mon cavalier attrappa le lasso et le fit tourné d'excitation, je rua et le sentis se crispé, il n'aimait pas parlé. La jument semblait heureuse d'aller capturé des chevaux sauvages, contrairement à moi qui comptais bien protesté au premier sauvage venus, mais nous continuions quand même notre chemin en sileu.





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozalee

avatar

Messages : 46
Points d'XP : 121
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Lun 8 Jan - 1:01

Ozalee était heureuse de gambader, en toute liberté, à s'amuser d'un rien, d'un flocon de neige fondant et se confondant avec la robe immaculée.De voir ses empreintes sur la couvrante blanche et glacée...
Elle s'aventurait partout, sans prendre garde aux limites, déposant sa joie partout sans imaginer un monde bien plus terne, ou se refusant à l'imaginer.
Des odeurs diverses affluaient pourtant aux naseaux délicats de la belle pouliche.
Mais elle galopait sans souci.
Et quand elle s'est roulé innocemment dans la neige, le froid a fait disparaître les traces d'indiens qu'elle portait.



(c) Atlas - DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Mer 10 Jan - 12:12

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.
Leurs cavaliers devaient s'être mis d'accord, car l'autre se mit en route, et le bipède sur son dos lui enjoignit de le suivre en enfonçant ses éperons dans les flancs de la jument.
Avec un piaffement d'impatience, celle ci bondit au galop et dépassa l'autre, lui envoyant un sabot vers sa cuisse au passage. Qu'elle le manque ou qu'elle l'atteigne n'avait peu d'importance, c'était sa réaction qui lui importait et qui, elle n'en doutait pas, serait jouissive.
Le bipède qui s'était octroyé son dos, remarquant son manège, haussa la voix d'un ton dur et la punit d'un solide coup de talon dans ses côtes. Eshervell retrouva aussitôt son attitude tête baissée et oreilles plaquées, qu'elle avait quitté dans la joie de son élan de violence, et elle réprima difficilement un coup de cul, connaissant parfaitement quel serait la réaction de son cavalier.
Ils continuèrent leur galopade dans la neige fraîche, puis la bai dressa la tête en remarquant une silhouette équine au loin. Sans attendre d'ordre, elle s'élança à toute allure vers l'autre, un sourire, véritable sourire de joie, se dessinant sur son visage.
© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 14 Jan - 18:53

Je secouai mon encolure quand mon cavalier talonna mes flancs, je suivis la jument au grand galop, trop concentrais sur le fait de la rattraper pour regarder devant moi, pour la première fois de ma vie je laissais mon cavalier me diriger sans sourciller. Mon galop parfaitement adapté aux longues distance semblait plaire a mon cavalier, la baie me répugner elle était fausse et me sembler fourbe !

On s'approchait rapidement d'un cheval, lui aussi possédé des taches ! J'hennis pour l'appeler puis je réagis que vus la vitesse que nous avions, il était plus qu'improbable que nous allions la saluait, instantanément, je pillai net, ça faisait longtemps que je n'avais pas fais tomber de cavalier et j'étais ravi de voir que je n'avais pas perdus la main. Mon cavalier tomba devant moi et je bondis au-dessus de son corps pour aller m'interposais entre les deux juments, personne ne capturerais un cheval en ma présence !





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozalee

avatar

Messages : 46
Points d'XP : 121
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 14 Jan - 19:15

La jolie jument pâle vit arriver une grande et imposante monture baie. De longues cicatrices lezardait son pelage luisant, mais Ozalee n'en était pas effarouchées ; elle remarqua pourtant la lueur spéciale dans les prunelle bleues, et le branchement de cuir....
Peu après, un étalon noir aux taches de neige s'interposa.
Pour quelle raison se demanda la belle indienne, cette jument ne lui avait fait aucun mal...Mais elle peut un sourire charmant et illumine de joie:

◇bonjour à vous!

Elle s'ébroua, ôtant les ultimes résidus de neige qui se confondant avec sa robe d'hiver. Amusant, elle était tout l'inverse de cet étalon....Physiquement parlant .
Quelque chose dans son instinct lui conseillait de demeurer sur ses gardes, alors elle le dit, prête à tourner bride s'il le fallait .



(c) Atlas - DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 14 Jan - 22:43

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.
Elle allait l'atteindre, quand l'autre s'interposa devant elle. Ce noireau ne portait plus de cavalier, et ça libérait la jument bai, qui se jeta sur lui. Il protégeait l'autre ? Bien. Il prendrait les coups à sa place, jusqu'à ce qu'il s'écroule et qu'elle puisse infliger la même chose à l'autre sauvage.

Prenant appui sur ses postérieurs, elle se dressa, haute et mortelle, ses sabots tranchants fendant l'air vers l'étalon, ne lui laissant aucun choix, puisque s'il s'écartait, ce serait l'autre femelle qui prendrait à sa place.

Elle cru entendre un babillement venant de cette dernière, mais franchement, elle n'en avait rien à foutre, l'euphorie dansant dans ses entrailles sur le chant de la bataille et de la souffrance.

Elle s’apprête à repartir à l'assaut, quand, sur son dos, soudain, le bipède se réveilla, martyrisant sa bouche et lui faisant perdre sa lucidité... juste. que. la. douleur. s'arrête. Essoufflée, elle atterrit avec lourdeur sur le sol, la douleur remontant dans ses genoux, et elle lutte comme elle peut pour que l'humain perde son emprise sur sa bouche, pour finir par mordre le morceau de métal avec violence entre ses dents. Alors, enfin, elle s'immobilise, pour, elle le sait, uniquement reprendre le combat quelques instants plus tard.
Elle a gagnée quelques secondes de liberté pendant qu'il s'évertue à le déloger de ses dents, alors la bai s'élance à nouveau vers les deux autres.
© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 14 Jan - 23:04

La jument attaqua soudainement et aussitôt mes souvenir remontaire mes entrailles, le sang battait vilemmant mes tempes, je sentis un des ces sabots taper mon épaule gauche, je gronda, oreille en arrière, elle venait de réveiller le monstre qui était enfouis au fond de moi. Un coup propre qui ne laissais aucune marque, j'avais vus pire, je rua vers la baie aussitôt.
Se battre pour vivre, ça c'était un truc que je savais faire', elle fut maitrisé rapidement par son cavalier mais je savais qu'elle repasserais a l'attaque, alors sans attendre mon reste, je me cabra et abattit mon antérieur dans la tète de la jument, pas assez fort pour la blesser gravement mais assez pour sentir son sang arrivé a mes naseaux mais encore faudrait t'il que mon coup l'atteigne, je semblait revivre, je n'étais plus le même, durant ce combat j'étais redevenu le cheval sauvage d'autre fois. Je ne réguler plus ma force et m'elancé sur la bête en la mordant et lui donnant des coups de sabot, peut importe que je la rate, je voulais la faire reculé, j'étais enfin libre de mes mouvement et je comptais bien protégé la sauvage, je cabra et cria a la sauvage de s'enfuir.


Spoiler:
 





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozalee

avatar

Messages : 46
Points d'XP : 121
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 14 Jan - 23:24

L'étalon ébène la protèga de l'attaque furieuse de la jument baie...
D'abord hébétée, Ozalee reprit rapidement ses esprit.Il fallait agir, maintenant, sinon celui qui prenait sa défense allait mourir ou être blessé par sa faute, et l'indienne ne pouvait le supporter.
Malgré la courageuse décision de lui apporter son aide, il était nécessaire de réfléchir; elle bondit souplement aux côtés de l'étalon ébène, devant la folle prédatrice.

Sans plus attendre,la belle yearling fonça sur la selle de l'ennemie, découpant la sangle d'un coup de dent habile.

Vive comme l'éclair, elle se replaça en retrait.



(c) Atlas - DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Lun 15 Jan - 19:02

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.

Alors, dans un même temps, l'autre sombre se jeta sur elle en projetant son antérieur vers sa tête, et Eshervell se projeta en arrière avec un sursaut, déséquilibrant son cavalier, qui perdit un peu de mou sur les rênes et lui permit de se lever sur ses postérieurs pour contrer l'autre noireau qui fonçait de nouveau vers elle.

La bai, alors, accusa plusieurs coups, sentant le liquide chaud couler sur son torse, mais cette douleur, vraiment, n'était rien face à ses cicatrices ou au feu qui avait dévoré son corps, il y avait longtemps, si longtemps, alors elle aussi elle restait debout, encaissant et administrant coup sur coup, sans bouger d'un pouce sur sa position.

Puis, il se passa deux choses en même temps. Le noir cria un quelconque cri à l'autre blanche, et l'autre blanche, comme un stupide, stupide imbécile, sortit de la protection du noir pour se jeter devant elle. Eshervell était tellement surprise qu'elle resta figée, et l'autre stupide imbécile bondit en avant pour la mordre... Non, elle venait de trancher la sangle qui retenait sa selle.

Ce mouvement était tellement inattendu, tellement idiot, que, hébétée, elle marcha deux pas en arrière, puis elle sentit l'humain s'accrocher à sa bouche puis glisser violement sur le côté... et... enfin. Elle se retrouva sans cavalier, libre, et droit devant elle il y avait ces deux sauvages.

Mais voilà qui lui posait un problème.
Elle n'était pas assez furieuse pour perdre la raison et oublier que la mort était un cadeau à donner. Tout ce qu'elle souhaitait, c'était que tous souffrent autant qu'elle, et l'esclavage des humains remplissait ce but. Mais son imbécile d'humain était à terre, et assommé. Ne pouvait-il au moins ne pas rester dans les limites de son utilité ? Et bien, à priori, non.

Mais la douleur physique n'était pas tout, elle le savait.
Bien. Puisqu'il en était ainsi, elle pouvait aussi bien attaquer sur un autre front.
Elle braqua son regard brûlant de colère contre les deux stupides imbéciles, et, d'une voix basse, elle déclara:

- Félicitations. Vous avez gagné un aller pour l'enfer.

Et, en elle: "C'est heureux, j'y habite aussi."

- Saviez vous que j'ai tout mon temps ?, elle reprit. Je sais que la douleur physique importe si peu. La douleur morale, elle... J'ai tout mon temps, disais-je. Et vos proches sont vivants, et trouvables.

© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 21 Jan - 14:14

Mon regard brulait de rage, je sentais des plaies sanguinolente sur mon corps, mais je ne comptais pas abandonner, la blanche venait de libéré l'autre folle qui ne devait pas aller bien dans ça tête, je fonça a nouveau sur la bai qui venait de baragouinée un truc qui m’indifférais au plus haut point, mais avant de pouvoir attaquer, des coup de feu retentir très près de nous, trop près même, je regardas rapidement sur le coté et vis mon cavalier, un lasso dans une main et dans l'autre son arme, je savais qu'il n'hésiterait pas a sens servir et ça me fit frissonnais a l'idée qu'il l'utilise sur moi. Je reculas a son approche, puis je compris que son attaque était dirigé vers la folle. Il lança son lasso sur son encolure, je savais que le contacte serais une vrai torture, soit il lui brulerait l'encolure soit il étoufferais la bai, je força la blanche a reculais. Je savais que je ne tiendrais pas longtemps, je n'étais pas complétement remis de mon passé mais je tiendrais le temps qu'il faudrait pour permettre a la belle de fuir, je lanças un regard vers le nomade toujours a terre et je ne puis m’empêchai de ronfler, ne savait ils donc pas monté a cheval ??





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozalee

avatar

Messages : 46
Points d'XP : 121
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 21 Jan - 15:07

-Mes proches sont protégés par les Indiens, au campement. Qui que tu sois, je ne vous veux aucun mal...

Ozalee laissait son regard errer de l'humain armé à la jument baie, et à l'étalon sombre.
Il cherchait à la protéger et l'Indienne lui en était reconnaissante pour cela, mais elle voulait éviter tous ces combats inutiles...
La belle jument se plaça devant l'homme, droite et roide; que l'étalon gère ça, soit, mais elle ne voulait pas de blessures, rien de tout cela.

Elle ne fuira pas.Quelles raisons ? Elle était chez elle .



(c) Atlas - DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 21 Jan - 15:35

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.
Le noireau fonçait vers elle, et Eshervell se prépara à se dérober devant lui, quand un coup de feu résonna dans l'air. Elle regarda, presque intriguée, le soldat venir vers elle et lui lancer un lasso.

Son attitude était complètement illogique. Il voyait bien qu'elle était désormais calme, et c'était l'autre stupide étalon qui l'avait chargée, et l'autre imbécile sauvage qui venait de couper sa selle.

Enfin, les humains étaient stupides.

Elle ne chercha pas d'explication, se contentant de faire un pas de côté face à la corde qui sifflait dans l'air, et qui finit alors sa course au sol. Elle eut un regard moqueur pour l'humain, puis son attention revint vers les deux idiots en face d'elle.

Le noireau s'était avancé contre la blancharde, cherchant sans doute à la faire reculer, mais son niveau d'intelligence n'avait pas augmenté, puisqu'elle déclara:

- Mes proches sont protégés par les Indiens, au campement. Qui que tu sois, je ne vous veux aucun mal...

Puis elle s'avança devant l'humain.
La tête de la bai se rapprocha du sol et pencha de droite à gauche à la manière d'un serpent en même temps que ses oreilles se plaquaient contre sa nuque.

- Non, bien sûr. C'est moi qui vous en veux.

Puis elle fit une pause, une fraction de seconde, et reprit:

- Protégés ? Oh, personne n'est protégé. Tout le monde meurt. Dans ses yeux, un éclat indistinct de rage et de souffrance passa, et elle aboya d'un ton dur:  Et parfois, c'est moi qui apporte la mort. Puis, sa voix pris une teinte glaciale: Pense à ça. Un jour, tu rentreras chez toi, et... tes proches seront morts. Ils baigneront dans leur sang, ou auront brûlé, et tu n'auras plus que des cendres sur lesquelles pleurer. Et, ceci,...

Elle s'avança jusqu'à souffler au visage de l'autre blanchâtre:

-Ceci, peut arriver n'importe quand.
© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 21 Jan - 15:50

Je m'avançais vers la bai, elle semblait souffrante par ces paroles, seul un être ayant vus des choses horribles pouvait dire ça et ressemblait un peu moins a une folle, ces paroles était loin d'être simple a entendre et je repartis dans mes souvenirs, les coup de feu, les hennissements, le sang et la mort... il arrivait a voir la même peine dans les yeux de sont agresseuse. son soldat qui reculais et retournait posé le lasso vers le nomade observait la scène sans comprendre. Je restais concentré sur la blesser et lui parla sur un ton teinté de tristesse.

- Sauf si tu les as déjà perdus avant, la mort, le sang je connais tout ça...

Je ne protéger plus la blanche de mon corps, je fixais la bai avec compréhension, je ne voulais plus me battre, mes blessure passé me faisait souffrir a présent.

- Les hommes ont tué les miens, je n'ai plus personne.

Pourquoi je lui disais ça ? peut être pour la calmer, mais je me faisais mal, mon cœur saigner et mon regard était plein de peine. Je n'étais pas faible a cause de ça, au contraire j'étais plus fort, cette souffrance m'avait forgé.





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozalee

avatar

Messages : 46
Points d'XP : 121
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 21 Jan - 15:57

_ je pense que la mort ne résout rien, et surtout pas la douleur, alors à quoi bon t'astreindre à l'employer ?

Ozalee n'était qu'une jeune pouliche, une jument qui ne commençait pas la souffrance des deux autres chevaux.
Elle cherchait simplement à toujours voir la vie du meilleur côté, même dans les moments où l'esprit ne cherche plus qu'une issue , elle trouvait encore le moyen de sourire.
Non, elle ne savait pas assurément ce qu'était la lente morsure d'une douleur qui forge coeur de sa haine, mais son âme lumineuse comparaissait et respectait ceux qui pleuraient , ou sombraient dans ces pulsions cruelles.




(c) Atlas - DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 21 Jan - 16:21

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.

Le noireau s'avança vers elle, et lâcha d'un ton affligé:

- Sauf si tu les as déjà perdus avant, la mort, le sang je connais tout ça...

Dans ses yeux passa une lueur de compréhension et de souffrance mêlés, et il lâcha:

- Les hommes ont tué les miens, je n'ai plus personne.

Puis, ce fut à la blancharde de déclarer:

- Je pense que la mort ne résout rien, et surtout pas la douleur, alors à quoi bon t'astreindre à l'employer ?

Stupides, stupides, stupides, stupides imbéciles. La rage gonfla dans les entrailles de la jument, jusqu'à exploser en un brasier.

- En quoi tes petits soucis personnels peuvent-ils m'intéresser ? Ils sont morts. Bien. Je n'aurais pas à m'en charger. Tout ce que j'ai à espérer est qu'ils ont bien souffert. Peut-être même était tu là pour les voir crever, ce qui est encore mieux.

Puis ses yeux flamboyèrent du brasier qui rugissaient dans ses entrailles:

- Quand à toi, petite, stupide, imbécile, d'indienne blancharde, comment peut tu dire que la mort et la douleur ne résolvent rien? Les as tu seulement vécues ? Les as tu seulement senties ? Je pense que non, et, crois moi, c'est une chance pour moi, je veux être là pour voir ton visage lorsque tu les découvriras.

© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 21 Jan - 16:35

Je ne pus m'empêcher d'être amuser par ça réaction, je venais de trouvé le point ou attaquer, restant droit et figer face a elle je la regardais dans le plus grand des calmes a présent, je m'était débarrasser de mes sombre souvenir, c'était dur a faire mais bon.

- Du sang qui coule goutte par goutte et rend le sol écarlate, la mort qui arrive et tue les tiens, le feu qui déchire, la solitude seule au milieu du silence mortelle, la fin de ta vie, la destruction de ton âme, les chaires qui se déchirent, les souffles rauque, la faiblesse et la souffrance qui fait battre ton coeur.

Je fis une pause et avec encore plus de calme, essayant même de mettre de la joie je continuas mon monologue.

- Les cris qui glacent le sang, la paix qui reviens après, un massacre teinté de rouge et de noir qui marque a jamais ta vie,jour après jour tu te souviens, nuit après nuit tu en rêve,tu ne pleurs plus, non tu en ris, tu en es fière, une joie sanglante.

L’atmosphère c'était refroidis, le temps c'était ralentis et moi j'étais devenus impassible, plus de tristesse, plus de peine, non plus rien que du calme.

- Tu n'as pas tué, mais tu l'as vus,leurs sors étaient de mourir, la vie, la mort, peu importe,je suis devenus le roi d'un monde de sang, chef d'un troupeau teinté de pourpre, le sang qui coulent en moi respire la mort, mon cœur bat au rythme des morts,
Je suis libre et mort.


Je stoppa mon monologue et regarda la bai, elle ne m'avait pas interrompus, je restais calme et posé, indifférent a tout, j'avais pensé chaque mot que je venais de prononçais, oui, j'avais changer, je comprenais a présent ce sentiment qui m'avait toujours fait lié et cette jument venait de me faire comprendre ce qui nous différencier mais aussi ce qui nous rapprochait.

- Tu as connus tout ça, mais tuer n'est pas la solution, tu tes perdus dans ton sentiment de haine, mais les chevaux ne t'on rien fait, ce sont les hommes les fautifs.





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozalee

avatar

Messages : 46
Points d'XP : 121
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 21 Jan - 18:04

Fous...l'un autant que l'autre...
Ozalee recula d'un pas, en proie à un étonnement particulier.Des monstres? Elle ne pouvais pas le dire. Que pourrait-elle faire ?
Rien ,elle le craignait.
Pour la jument, son seul but sur cette terre, dans cette existence si particulière quand on est seul, etait de se venger sur autrui.
Indienne,oui, elle ne connaissait pas la souffrance due aux hommes.
Ses prunelle se poserent sur l'étalon .Et lui? Il lui semblait pourtant que....
Après tout, la baie mourait avant de toucher à Anoki, et sans doute même avant de parvenir au camps avec ce tempérament.
Ozalee songez quelle pouvait peut être partir maintenant....

_ Je l'ai ressentie, et cela me suffit. la joie seule vaut le coup. Adieu.



(c) Atlas - DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 28 Jan - 20:49

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.
La bai fixa avec mépris l'autre noireau.

- Les humains font partis de la solution. Ils savent faire souffrir mieux que personne.

Puis l'indienne lâcha:

- Je l'ai ressentie, et cela me suffit. la joie seule vaut le coup. Adieu.

Sa tête se tourna vivement vers elle, et Eshervell s'avança jusqu'à lui barrer le passage.

- Oh ? Plus de tentatives ? Tu ne cherche plus à me convaincre que... Quels étaient tes mots, déjà ?

La jument marqua une pause, puis elle reprit en imitant cruellement la voix de la blancharde:

- "La mort ne résout rien" ?

Puis elle repris avec un ton froid. Décidément, cette jument était un bon défouloir.

- Dis moi, as-tu peur de la douleur ?
© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 256
Points d'XP : 352
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Insoumis
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 28 Jan - 21:00

La bai bloqua la blanche qui voulais fuir, chose qui m'agaça beaucoup,
Je trotta vers l'autre, le regard glacial et impassible.

- Et toi ? Tu crains la douleurs ??

Quand elle rentrerait chez elle, la bai se ferais allumer, je n'étais pas le plus docile
Mais jamais je n'attaquerais un autre cheval pour ces raison, et je savais autre chose,
C'est que les nomades aurait des ennuis après cette histoire, je ne bougea pas attendant
de voir comment tournée la situation, pesant le pour et le contre.





Ce qui m'arrive est affreux :
Elle est morte, je l'enterre.
L'adieu fut très douloureux ;
Mais je commence à me taire.




J'ai, comme on jette des fleurs
Sur les blancs cercueils des mortes,
Versé sur elle des pleurs
Et des fleurs de toutes sortes.

Je demeure seul, hélas !
Avec ma mélancolie.
— Voici venir les lilas
Dont le parfum dit : oublie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khyda

avatar

Messages : 80
Points d'XP : 192
Date d'inscription : 24/10/2017

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 28 Jan - 22:44

Ozalee se détourna de l'étalon qui voulait visiblement faire un rempart.
Non, elle ne voulait pas fuir, mais pourquoi rester alors qu'elle ne pouvait rien pour cette malheureuse?

_Tu es complètement égarée , à mon avis. Et si tu ne veux pas être aidée, alors ne cherche pas à entraîner les autres dans ta folie.Non, je n'ai pas peur.

Un voile de tristesse se déposa sur les prunelle claires de l'indienne.Quant à l'étalon ébène, elle ne savait comment réagir, ses gestes étaient bienveillants, et pourtant son discours s'apparentait un peu à celui de la jument....


Khyda. C'est mon nom.Et j'atteindrai le but que j'ai fixé.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asrae - Eph.

avatar

Messages : 29
Points d'XP : 54
Date d'inscription : 28/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   Dim 18 Fév - 18:09

Contre le Ciel ? Non. Contre les autres.
Le noirâtre s’avança, puis il lâcha:

- Et toi ? Tu crains la douleur ?

Eshervell lui jeta un regard froid :

- Je la connais intimement.

Et c'était bien l'unique chose qui permettait aux bipèdes de la maîtriser.
Puis ce fut à la blancharde de répondre:

- Tu es complètement égarée, à mon avis. Et si tu ne veux pas être aidée, alors ne cherche pas à entraîner les autres dans ta folie. Non, je n'ai pas peur.

Ses paroles attirèrent une parodie de moue touchée sur les lèvres de la bai. Oh, elle était égarée ? Elle ne voulait pas être aidée ? Elle voulait entraîner les autres dans sa... "folie" ? Elle n'avait pas peur ?
Cette petite indienne était la plus stupide des créatures qu'elle n'avait jamais rencontrée.

- Ton idiotie m'épuise, en fin de compte.

Eshervell n'était ni égarée, ni folle. Elle était juste extrêmement lucide. Quant à "entraîner les autres"... Ah ah. Laissez la rire. Elle n'avait jamais cherché à provoquer quoi que ce soit chez les autres, à part leur souffrance. Les rendre fous n'était qu'un plus, après tout. Et si elle n'avait pas peur... Son idiotie n'en était que plus grande. Et c'était à Eshervell de rétablir ce sentiment à sa juste place.

- Bien. Tu penseras à moi, très bientôt.

Sur ce, elle fit demi-tour et s'éloigna.
© LIITCHY


Vous faire souffrir
autant que je souffre.

Eshervell

© LIITCHY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contre le Ciel, nul n'a puissance ( libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» HAITI COMPLOT CONTRE ET POUR LA DERIVE !PATI DE PWOBLEM ET DE SOLUTIONS
» Dessine moi un arc-en-ciel... [LIBRE]
» Petit Flambeau - Ciel - mâle [LIBRE]
» Et quand vient le soir, pour qu'un ciel flamboie, le Rouge et le Noir ne s'épousent-ils pas ? [Libre]
» Tactique gobelins contre nains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cimarron RPG :: RP :: Territoires d'Atlas :: La Plaine Chantante-
Sauter vers: