« On dit que la légende de l'Ouest fut écrite sur la selle d'un cheval. Mais aucun cheval ne l'avait contée avec son cœur... Jusqu'à ce jour... »
 

Partagez | 
 

 « Like strangers that nobody understood. »

Aller en bas 
AuteurMessage
PF - Eph.

avatar

Messages : 38
Points d'XP : 76
Date d'inscription : 17/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: « Like strangers that nobody understood. »   Jeu 25 Jan - 22:36



Like strangers that nobody

Understood
ÜHESILMNE - FT. ???

Sometimes I thought it was better to have a single dream than billions of stars, and then I knew you would never understand.


Le froid engourdissait le pâle soleil. Il ne semblait pas daigner se lever, ce matin-là. Sa blanchâtre lueur s'élevait à l'horizon, comme une épaisse brume blafarde. Ühelsimne s'ébroua, chassant de ses naseaux un panache blanc. Au moins, la neige avait cessé de tomber. Un épais tapis de poudreuse s'étendait jusqu'à l'entrée de la petite grotte où il s'était réfugié pour la nuit, une étendue immaculée qui n'attendait plus que ses sabots pour la briser. Il fit jouer ses muscles, arrachant de leur somnolence chaque parcelle de son corps. Ces longues semaines d'hiver étaient d'un ennui mortel. Il ne trouvait aucun divertissement qui en vaille la peine depuis des jours. Les autres étaient probablement trop occupés à abriter du froid leurs misérables corps pour pointer leur nez hors de leur petite zone de confort. Oh, il aurait pu aller traîner aux alentours d'un troupeau, ou du campement indien, il y aurait certainement croisé quelques âmes. Mais ce n'était pas dans ses projets. Non, non, rien à voir avec les mâles qui y rôdaient avec leur moue protectrice, non, rien de cela voyons. Pourquoi aurait-il cherché à les éviter, voyons ? Ils étaient si pathétiques ! Ils ne comprenaient rien à la vie. Ils jouaient aux petits soldats et aux braves guerriers en croyant impressionner leur monde. Tss… Pathétiques.
Ühesilmne secoua sa crinière et s'aventura dans la poudreuse, hors de son abri nocturne. Ses sombres sabots s'enfonçaient dans la froide et humide matière avec un léger crissement. Il ronfla des naseaux, énervé d'avoir ainsi à s'efforcer de lever les sabots afin d'avancer correctement. Stupide neige. Bien heureusement, celle-ci ne tarda pas à se durcir alors qu'il s'éloignait de son point initial, et il ne tarda pas à se caler dans une allure plus confortable, sans cesser toutefois de pester intérieurement contre cette chose froide, humide et molle qui réjouissait tant les imbéciles.


(c) PF




© Atlas - LamiaLuna (DeviantArt)
Couleur de parole : #BE6B9B


© Atlas - Whitelightning (DeviantArt)
Couleur de parole : plum


Dernière édition par PF - Eph. le Sam 27 Jan - 22:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackhole

Princesse des victimes

avatar

Messages : 71
Points d'XP : 179
Date d'inscription : 18/10/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Ven 26 Jan - 19:57

Éphémère
Ühesilmne

Blackhole
Nomade

「 Like strangers that nobody understood 」

    Alors que le soleil, ou du moins, les nuages, se levèrent, Blackhole observa avec sa nonchalance habituelle le va-et-vient incessant des nomades, qui s'affairaient à toute sortes de chose, peu importantes dans tous les cas. Son cavalier arriva ensuite, pendant qu'il mâchouillait paisiblement son foin, et semblait d'humeur exécrable. Il aboyait des ordres à qui s'attardait à le regarder de travers, ce qui amusa le frison, avant qu'il ne se rende compte qu'il serait obligé de le supporter pendant quelques heures. Le bipède claqua le portail de l'enclos commun, et celle-ci se cassa, sûrement à cause de sa force démesurée. Le bois ne paraissait plus tout jeune, et la neige qui s'était accumulée ce matin-là avait dû l'humidifier à tel point qu'elle n'avait pas tenu.

     Le noiraud vit cela comme un signe du destin, et, après un coup d’œil aux alentours, s'élança et sauta maladroitement par-dessus ce qu'il appelait la limite de la liberté. S'il n'avait jamais excellé en saut, et que jamais il n'excellerait dans cette discipline, il avait appris quelques bases, et cela lui suffisait amplement. Le grand étalon secoua sa longue crinière ébène avec grâce, avant de galoper vers l'inconnu, vers l'aventure. Ses iris marrons se posèrent quelques secondes sur le campement, qui rapetissait à chaque foulée, puis se détourna. Il ralentit finalement l'allure, sachant que plus personne ne songerait à le rattraper, et la fatigue commençant à se faire sentir. La poudreuse ne lui permettait pas d'avancer convenablement, bien qu'elle n'arrive qu'à hauteur de ses sabots.

    Alors que le nomade s'interrogeait sur son lieu de promenade, magnifique soit-dit en passant, une effluve s'infiltra dans ses naseaux sombres, qui rejetaient à chaque respiration un petit nuage de vapeur. À qui appartiennent tous ces arbres, ces buissons et ces terres aussi belles que froides ? Qui ne serait pas attiré par ce joli coin de nature, alors qu'il serait à la recherche d'un territoire ? Personne. Lui-même était tenté de rester ici, bien que Blackhole savait que cet endroit n'était pas fait pour lui. L'absence d'hommes pour le nourrir, le cajoler et le protéger serait terrible pour lui, qui se savait dépendant d'eux. Cependant, l'odeur coupa court à ses interrogations, et c'est d'un pas plus prudent qu'il suivit la piste, à l'aide de son odorat.

     Alors que le frison débouchait dans un tournant, il aperçut une forme équine, en face de lui. Un étalon. À cette pensée précisément, il se raidit et, d'un pas automatique se dirigea vers l'autre équidé, en le toisant prudemment. Blanc, avec une crinière et une tête noire, il n'avait pas l'air très amical. Quand il croisa son regard, l'ébène eut un mouvement de recul. Bleu très clair. Presque blanc. Son iris. Pourtant, il ne put que ricaner de sa terreur devant un œil, qui ne pouvait rien lui faire de mal. Alors, pour masquer son gêne, il prit la parole :
-Salut.


Dernière édition par Blackhole le Ven 20 Avr - 19:38, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrdfell

avatar

Messages : 10
Points d'XP : 20
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Ven 26 Jan - 22:16



« Like strangers that nobody understood. »

Ühesilmne & Blackhole

Les enfants couraient entre les tipis et le soleil couchant se reflétait sur les falaises. Les chasseurs rentreraient bientôt et le feu crépiterait a nouveau au centre du camp. L'odeur des ragoûts s'élevait dans l'air frais. Cette journée paisible était des plus agréables.
Une main vint se poser sur l'encolure beige et la jument sentit la présence rassurante de son indienne. Elle lui murmurait des paroles inaudibles, réservées a elles seules.
D'un accord tacite, elles convinrent d'une petite excursion avant la tombée de la nuit. D'un bond souple, la fille enfourcha sa monture et elles partirent au galop. La jeune fille voulut visiter ces terres où l'on dit que les chevaux vivent libres. Elle avait bon espoir de les apercevoir avant le soir.
La jument allongea ses foulées et laissa l'indienne s'agripper a ses crins. Le vent sifflait a ses oreilles et la plaine verte s'étendait devant elle. Mais l'humaine changea brusquement de direction, bifurquant vers un bois.
A la grande surprise de Wyrdfell, il faisait plutôt frais pour un si torride été et le sol semblait meuble.

Puis petit a petit, l'illusion du bois vert fut remplacé par les arbres nus que la neige recouvrait amoureusement, remplaçant le doux feuillage d'été. Les dernières effluves de sa cavalière remontèrent a ses naseaux et disparurent, mirage, illusion du passé dans lequel elle vivait.

La jument ouvrit de grands yeux perplexes quand elle découvrit où elle se tenait et quand. Elle souleva un de ses sabots et renifla la douce matière blanche qui se glissait sous les poils. L'hiver. C'était l'hiver. Elle jeta quelques coups d'oeil a droite et a gauche et avisa non loin d'elle deux silhouettes équines. Elle s'approcha doucement derrière un étalon blanc, observant le noir qui arrivait face a elle. Elle huma l'air. Des étalons...sauvages ? Non, domestique pour le noir. Un excès de curiosité la faisait se demander qui étaient ils et que faisait un domestiqué loin de chez lui ?

Code by Joy



Autres Signa':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PF - Eph.

avatar

Messages : 38
Points d'XP : 76
Date d'inscription : 17/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Dim 28 Jan - 0:19



Like strangers that nobody

Understood
ÜHESILMNE - FT. ???

Sometimes I thought it was better to have a single dream than billions of stars, and then I knew you would never understand.


Ses sombres sabots disparaissaient dans la poudreuse, et même ses boulets en venaient à être caressés par son éclatante blancheur. A chacun de ses pas, il la sentait se glisser au creux de ses sabots. Son avant-main plongea soudainement vers le bas, entraînant ses genoux jusqu'au sol qu'ils heurtèrent avec violence en soulevant une gerbe enneigée. Grommelant vaguement une insulte, il se releva et se secoua, jetant un bref regard désapprobateur vers le trou dans lequel il avait buté. Stupide neige...
Ühesilmne reprit sa marche, sans guère se soucier plus du terrain irrégulier sur lequel il posait ses sabots malgré sa chute. Les ombres s'allongeaient, devenaient plus importantes tandis que le soleil – ou plutôt la blafarde lueur à l'horizon – s'élevait. L'entier ne prêtait cependant guère attention à la chaleur qui se répandait peu à peu sur son dos aussi blanc que la neige, pas plus qu'au paysage qui au fil de ses pas se modifiait doucement. Il s'en moquait éperdument. Après tout, n'était-il pas la seule chose digne d'intérêt dans ces lieux ? S'il daignait laissait tout cela admirer son superbe, il ne s'abaisserait pas à attarder sur eux son regard. Il suivait des chemins invisibles, spectre sans destination, se demandant s'il trouverait sur sa route quelque chose digne de le distraire.

Ses naseaux se pincèrent brusquement. Un parfum équin lui parvenait. La puanteur caractéristique d'un animal domestiqué, d'un bon petit poney à son humain. Il redressa l'encolure pour voir débarquer de derrière un arbre un grand mâle noir. Trop grand. Ühesilmne marqua un brusque arrêt, et ses oreilles pivotèrent un instant en arrière. Pourtant, la réaction du nouveau-venu n'aurait pas pu être plus similaire à la sienne s'il avait eut face à lui un miroir. Hum... Peut-être pourrait-il tirer quelque chose d'intéressant du domestiqué. Il se redressa et pointa de nouveau les oreilles en avant, aussi froid qu'un bloc de marbre. Il entendit à peine la salutation de l'autre, trop occupé à la jauger de son unique œil valide.

« Hum... ? Oh, salut. » lâcha-t-il froidement.


(c) PF




© Atlas - LamiaLuna (DeviantArt)
Couleur de parole : #BE6B9B


© Atlas - Whitelightning (DeviantArt)
Couleur de parole : plum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackhole

Princesse des victimes

avatar

Messages : 71
Points d'XP : 179
Date d'inscription : 18/10/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Mer 31 Jan - 20:21

Éphémère
Ühesilmne

Blackhole
Nomade

「 Like strangers that nobody understood 」

 
Alors que Blackhole fixait l'autre d'air amical, presque faux, alors qu'il esquissait un semblant de sourire, dévoilant ses lèvres ébènes, une jument apparut dans sa ligne de vue. La croupe, la crinière et la queue de la même couleur que le sol d'hiver, et l'autre partie du corps ressemblant étrangement au désert des soldats. Étrangement, son odeur ne sembla pas interpeller le blanc, qui continuait de fixer froidement le frison. Le frison inspira l'air glacial et se rendit compte que la pie appartenait à des humains, ou s'en approchait parfois. À qui était-elle ? Ce ne sont pas des soldats, jamais ils n'auraient laissé leurs montures la crinière flottante dans le vent, et aucune trace US n'indiquait son appartenance à ces hommes.
-Hum... ? Oh, salut.

Le noir reporta son attention sur l'étalon borgne, qui prenait pour la première fois la parole. Son ton froid l'incita à faire pivoter ses oreilles vers sa croupe, puis finalement, le nomade se ravisa, et les repointa en avant. Ce cheval ne l'attaquerait pas, ou du moins, par pour le moment. La peur, sûrement. L'ébène repensa à ces matinées de l'ancien temps, ou de jeunes équidés, parfois des yearlings tentaient de l'attaquer afin d'occuper une place supérieure à celle qu'ils occupaient, la sienne. Il baissa la tête, tourmenté par ces souvenirs plutôt heureux, dans son écurie bien-aimée, entouré de ses propriétaires qui l'appréciaient à sa juste valeur. Puis, finalement, la releva aussitôt, une lueur de défi dans le regard. À bas ces stupides émotions ! Le passé ne reviendrait pas, seul le présent importerait.



Blackhole s'étonna encore une fois qu'après quelques secondes de silence, l'entier face à lui ne prête pas attention à la jument, à quelques foulées de lui. Ce serait probable qu'ils se connaissent, mais l'autre étalon aurait-il accepté de cette façon que le frison rentre sur ses terres, alors que sa compagne serait sur celles-ci. De plus, leurs odeurs ne collaient pas entre elles, alors cette pensée n'est pas la bonne. Tout pressé de découvrir le lien qui unissait les deux êtres, il prit la parole, la voix forte :

-Bonjour mademoiselle ! Comment allez-vous ?

Il fixa le blanc avec attention, tout heureux de son idée, avant de jeter un coup d'oeil en arrière, afin de voir si un nomade audacieux aurait suivi sa trace pour des raisons inconnues. Tous les hommes du campement se doutaient que le noir reviendrait quand sa soif de découvertes sera étanchée. Et ils n'avaient pas tort. Contrairement à ceux qui regrettaient leur appartenance et leur dépendance des bipèdes, il approuvait totalement ce choix, et ne se verrait pas vivre sans tout ce confort, ces soins qui lui permettaient de vivre bien nourri et sans prier pouvoir se réveiller le matin sans blessure infligée par une bestiole quelconque. De plus, cette période que tous animaux sauvages détestaient, faute de beaucoup de proies ou d'herbe, l'ébène l'appréciait beaucoup.

HRP:
 

[/size][/size]



Asrae, VendettaImaging & DreamWorks


Dernière édition par Blackhole le Lun 5 Fév - 20:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrdfell

avatar

Messages : 10
Points d'XP : 20
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Jeu 1 Fév - 22:21



« Like strangers that nobody understood. »

Ühesilmne & Blackhole

Elle voulut tourner les talons et fuir, laissant les étalons se demander si quelqu'un s'était vraiment tenu là mais le noir l'interpella. Oui, le noir qui couchait les oreilles a peine deux minutes plus tôt lui demandait gentiment comment elle allait. Elle ne s'attendait pas a se retrouver en cette compagnie et voulait rentrer au plus vite afin de profiter de la présence rassurante des bipèdes. L'étalon blanc qui lui tournait le dos ne semblait pas avoir remarqué sa présence mais la salutation cordiale du noir attirerait bientôt son attention sur elle. Une petite brise vint souffler dans ses crins et fit virevolter quelques flocons. Oui, il fallait vraiment qu'elle rentre, elle ne voulait pas rester coincée entre ces deux énergumènes qui semblaient se défier en silence. Et si on avait besoin d'elle au camp ? Et si les indiens partaient subitement ?

«Bien, très bien merci mais je crois que je ne vais pas m'attarder ici»

Ce faisant, elle regarda autour d'elle a la recherche d'une possible issue. Elle se demandait même si elle arriverait a retrouver son chemin. Comment avait elle fait pour venir ici ? Elle ne voulait pas que le blanc se retourne et la vois. Elle était persuadée qu'il n’émanait rien de bon de sa part.  Elle se décala un peu de manière a rejoindre progressivement l'étalon noir et s'arrêta en milieu de course pour se retrouver entre les deux.

Code by Joy



Autres Signa':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PF - Eph.

avatar

Messages : 38
Points d'XP : 76
Date d'inscription : 17/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Ven 2 Fév - 23:58



Like strangers that nobody

Understood
ÜHESILMNE - FT. ???

Sometimes I thought it was better to have a single dream than billions of stars, and then I knew you would never understand.


Le Noir jeta brusquement un regard vaguement étonné derrière l'épaule d'Ühesilmne. Quoi ? Qu'avait-il vu, encore ? Le persano vrilla ses oreilles vers l'arrière, et seule sa queue qui se crispa contre ses fesses marqua sa nervosité. Putain... Qu'est-ce que j'ai encore foutu, bordel ?! N'allait-il pas se retrouver coincer entre deux grosses bêtes potentiellement menaçantes comme celle face à lui ? Quel misérable crétin il faisait. Il aurait dû s'éloigner de l'autre, au lieu de rester planté face à lui comme un con ! Il n'osait plus détourner le regard, à présent. Qui sait si ce n'était pas un de ces enfoirés qui prenaient un malin plaisir à agresser quiconque croise la trace de leurs foutus sabots ? Alors il demeurait froid, immobile, implacable, avec juste ses oreilles tournées vers le bruit qui approchait résolument derrière lui. Il jouait des faux-semblant pour faire croire qu'il maîtrisait la situation, qu'il ne craignait rien, que de toute façon, ceux qui se dressaient face à lui le regretteraient. En témoigneraient ses cicatrices. Oh, ça, il faisait bien mine d'être maître des choses ! Mais, merde, pour ce qui est de la vérité, la seule qu'il maîtrisait c'était l'hypocrisie.

Les bruits se rapprochaient. Bon sang, il empestait, l'autre. Ühesilmne avait l'impression d'avoir les naseaux à ras de cet imbécile. Le vent semblait décidé à ne pas le laisser comprendre ce qui approchait, comme s'il fonçait droit vers ses muqueuses olfactives pour le laisser anosmique à tout autre parfum. Il ne parlait pas, le Noir. Il semblait tout à ses pensées, l'air tantôt abattu, tantôt trop fier. Quel lunatique. L'entier aux yeux sarcelle se décida enfin à jeter un bref regard en arrière, avec une moue désintéressée et froide, comme si cela importait peu. Il eut tout juste le temps d'apercevoir une silhouette dorée et blanche qui approchait.

« Bonjour mademoiselle ! Comment allez-vous ? » lança le Noir.

Il n'attendit pas même la réponse et se mit à gigoter pour apercevoir une chose indéterminée derrière lui. Ühesilmne retint une pique mauvaise. Ce n'était effectivement pas le moment de lui demander s'il vérifiait la taille de sa croupe. Le petit con qu'il était s'enhardissait alors qu'il comprenait que l'imposant noir face à lui n'était ni plus ni moins qu'une sorte de gars pseudo-sympathique qui aurait sans doute le minimum d'intelligence nécessaire pour garder sa croupe loin du borgne. Il se détourna donc de lui, avec un rictus moqueur face à ses salutations enjouées.

« Bien, très bien merci, mais je crois que je ne vais pas m'attarder ici. »

Et, tout en disant cela, elle s'avança. Ühesilmne eut tout le loisir de l'observer alors. La connaissait-il ? Probablement pas, il se serait souvenu de sa robe étrange, certainement. Quoi que... Il laissa échapper un petit rire où bien peu de sentiments transparaissaient et tourna vers elle sa tête à la face déchiquetée.

« De quoi as-tu peur, chérie ? On ne va pas te dévorer. » lui répondit-il avec un sourire qui marquait un semblant de sympathie.

Pourtant, rien n'était moins sûr. Dommage qu'il n'ai pas été seul avec elle. Il aurait pu s'amuser un peu.


(c) PF


HRP :
 




© Atlas - LamiaLuna (DeviantArt)
Couleur de parole : #BE6B9B


© Atlas - Whitelightning (DeviantArt)
Couleur de parole : plum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackhole

Princesse des victimes

avatar

Messages : 71
Points d'XP : 179
Date d'inscription : 18/10/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Lun 5 Fév - 20:07

Éphémère
Ühesilmne

Blackhole
Nomade

「 Like strangers that nobody understood 」

 

Blackhole ne manqua pas une seconde le spectacle, mais il fut fort déçu. Seule la queue qui fouaillait de l'étalon face à lui lui indiquait qu'il n'avait pas remarqué la présence de la jument, mais il ne laissa rien d'autre paraître. Pas un seul regard en arrière, pas un geste de l'encolure. Elle s'avança pourtant, légèrement nerveuse, et se stoppa entre les deux entiers de couleurs opposées. Le frison haussa un sourcil et s'avança de quelques centimètres, renifla ses effluves, qui l'intriguaient fortement.
« Bien, très bien merci, mais je crois que je ne vais pas m'attarder ici. »

Il sourit et ricana. Cette femelle était vraiment très étrange. Ses paroles défiaient ses gestes, et au lieu de fuir, comme son instinct aurait dû lui dicter, elle s'était placée au centre, objet de convoitise. Le noir la fixa avec toute son attention, et, d'un coup d’œil, il vit que son congénère en faisait de même. Celui-ci prit la parole, un sourire mauvais sur les lèvres :

-De quoi as-tu peur, chérie ? On ne va pas te dévorer.
 

Le nomade ne put s'empêcher de la plaindre et réfléchit rapidement. La protéger ou s'amuser d'elle, telle une proie avec le blanc, qui, par ses paroles pour le moins sympathique, semblait penser tout le contraire ? Peut-être le dérangeait-il ? Sans doute. Tant pis, ils pourraient former un duo. Cependant, tout en l’entier face à lui le répugnait. S’allier à un borgne, qui n’avait pas l’air forcément très gentil, était contraire à ses habitudes. L’ébène décida donc de remettre son jugement à plus tard, et intensifia son sourire. Mieux valait paraître attirant, et éviter les foudres des deux équidés qui pourraient changer d’avis, et se mettre en équipe contre lui.


Il jeta un œil aux alentours et écouta le silence d’or qui s’était formé. Seule leur respiration et une légère brise frottant les branches nues le brisaient. Les oiseaux s’étaient tus, et aucun aigle ne survolait la magnifique forêt dans laquelle ils se trouvaient. Les arbres étaient recouverts de poudreuse qui avait tout englouti, la nature et les animaux. Aucune odeur récente de cerfs ou quelconques créatures ressemblantes dans les parages. Ils ne sont que trois, trois fous à se balader par cette saison.
- Nous ne sommes que des inconnus, tu n’as rien à craindre. Enfin, je crois …


Blackhole laissa sa phrase en suspens, décidé à voir si la dorée avait quelque chose d’intéressant, ou, si, comme tous les autres, elle partirait au galop. De plus, cela lui permettrait d’avancer dans quel côté se mettre, bien que tout son être lui hurlait d’aller avec le sauvage.



Asrae, VendettaImaging & DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrdfell

avatar

Messages : 10
Points d'XP : 20
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Mer 7 Fév - 22:45



« Like strangers that nobody understood. »
Ühesilmne & Blackhole
Le blanc sembla enfin s'apercevoir de sa présence et il tourna la tête vers elle. Elle était recouverte de vieilles cicatrices parsemant son chanfrein et un oeil vitreux la dévisageait ainsi que son jumeau d'un bleu saisissant. Malgré ses marques, l'étalon possédait un certain charme.

« De quoi as-tu peur, chérie ? On ne va pas te dévorer. »

Pas la dévorer hein ? Pourtant, rien n'était moins sûr. Elle se trouvait entre ces deux mâles et malgré l'air sympathique du Noir et la tentative de faire bonne figure du Blanc, l'image d'une proie prise au piège par des prédateurs s'imposa dans son esprit confus. Pourtant, elle ne partait pas. Elle n'avait pas souvent l'occasion de sortir et encore moins de rencontrer d'autres équidés, elle n'allait pas se comporter comme une poltronne sous prétexte qu'elle avait un mauvais pressentiment !

«Nous ne sommes que des inconnus, tu n’as rien à craindre. Enfin, je crois …»

La jument s'efforça d'adopter une position plus sereine et regardait a présent le Noir avec défi. Elle se méfiait mais ne partirait pas.

«Ah bon ? Tu ne le crains pas, lui ?»dit elle en désignant Ühesilmne.

Curieusement, sa conscience lui soufflait que, malgré l'apparence hargneuse du Blanc, c'était lui qui craignait le Noir. Wyrd soupira, en proie a l'impatience.


Code by Joy



Autres Signa':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PF - Eph.

avatar

Messages : 38
Points d'XP : 76
Date d'inscription : 17/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Jeu 8 Fév - 18:11



Like strangers that nobody

Understood
ÜHESILMNE - FT. ???

Sometimes I thought it was better to have a single dream than billions of stars, and then I knew you would never understand.


La jument ne réagit pas, avec l'air confus de quelqu'un qui réfléchit trop. C'est la vie, chérie, arrêtes de te prendre la tête et vis-la ! On a déjà trop à regretter pour ces conneries. Un mouvement du côté du noir attira l'attention de l'entier aux yeux sarcelles. Il tournait la tête avec un regard presque émerveillé et terriblement puéril. Qui aurait l'idée de se comporter de la sortes dans une telle situation ? Imbécile. Quel débutant.

« Nous ne sommes que des inconnus, tu n’as rien à craindre. Enfin, je crois... »

Ah, et tu crois que ça va la rassurer ? Tu crois que ça met en confiance, de se retrouver entre deux inconnus ? Ühesilmne releva l'encolure en réprimant un soupir exaspéré. Il se maudissait d'être tombé sur cet individu, surtout alors qu'une jument à l'air intéressante se trouvait dans les parages.

« Ah bon ? Tu ne le crains pas, lui ? »

Elle fixait le noir, avec un geste en arrière, vers le blanc. Ühesilmne coucha les oreilles, mécontent de la voir ainsi détourner son attention et le traiter comme s'il n'était pas là. Elle allait le regretter. Sale garce. Un peu de respect n'a jamais fait de mal, non ? Elle lâcha un soupir, et l'entier pointa de nouveau ses oreilles avec un air curieux et amusé.

« Pourquoi ? Oh, c'est mon œil, c'est ça ? »

Il marqua une pause et laissa ses oreilles virer légèrement vers l'arrière, avec cet air un peu douloureux de celui qui ne connaît que trop bien cette réaction.

« Ça leur fait souvent ça, aux autres... Je veux dire... Avoir peur. »


(c) PF




© Atlas - LamiaLuna (DeviantArt)
Couleur de parole : #BE6B9B


© Atlas - Whitelightning (DeviantArt)
Couleur de parole : plum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackhole

Princesse des victimes

avatar

Messages : 71
Points d'XP : 179
Date d'inscription : 18/10/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Mer 14 Fév - 19:33

Éphémère
Ühesilmne

Blackhole
Nomade

「 Like strangers that nobody understood 」

«Ah bon ? Tu ne le crains pas, lui ?»

Blackhole fixa avec insistance la jument, qui pointait du naseau le blanc, qui semblait visiblement un brin en colère. Il plissa ses sourcils, et observa l'autre entier, tout en tentant de ne pas se concentrer sur son œil pâle, qui l'intriguait et l'effrayait à la fois. De nombreuses cicatrices barraient la plupart de son corps neige. Tout indiquait que sa vie précédente n'avait pas due être tout sucre tout miel. Cependant, il ne se permit pas de l'interroger, sentant l'air peu aimable de celui-ci, bien qu'il le cache en ce moment même, le remplaçant par un tête aimable, intéressée.
« Pourquoi ? Oh, c'est mon œil, c'est ça ? Ça leur fait souvent ça, aux autres... Je veux dire... Avoir peur. »

Le frison haussa un sourcil, et hocha la tête, comprenant le mal-être de ce cheval, ne souhaitant pas le vivre. Lui-même n'avait jamais eu à se faire de son apparence, et c'est tant mieux ! Quoique ... Cela l'aurait amusé de se transformer en une petite victime, malheureuse. Il jeta un œil à son pelage lustré, et le compara avec celui de son congénère, bien moins propre, et moins trapu. Le noir esquissa un léger sourire, avant de répondre :
"Je n'ai pas à le craindre. Quiconque ayant un soupçon d'intelligence réfléchirait avant de m'attaquer, je suis l'un des plus grands, enfin, plus grand que lui, déjà., il eut un rictus méprisant puis continua, ceci dit, il est vrai que ton œil n'est pas le plus sympathique que j'ai rencontré, sans vouloir être méchant, mais ça doit te simplifier la vie, je trouve ! Pas d'œil, pas d'ennuis !




Asrae, VendettaImaging & DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrdfell

avatar

Messages : 10
Points d'XP : 20
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Sam 14 Avr - 18:04



« Like strangers that nobody understood. »
Ühesilmne & Blackhole

Ses doutes se confirmèrent quand le noir scruta le visage du blanc en évitant l’œil borgne. Ainsi, il le craignait ?
Il sembla réfléchir devant l'air affligé du blanc avant de sourire.

«Je n'ai pas à le craindre. Quiconque ayant un soupçon d'intelligence réfléchirait avant de m'attaquer, je suis l'un des plus grands, enfin, plus grand que lui, déjà, il eut un rictus méprisant puis continua, ceci dit, il est vrai que ton œil n'est pas le plus sympathique que j'ai rencontré, sans vouloir être méchant, mais ça doit te simplifier la vie, je trouve ! Pas d'œil, pas d'ennuis !»

Belle pirouette ! Il venait d'insulter l'autre étalon avec son air suffisant avant de tenter de sympathiser. Magnifique. Elle était coincée entre un débile narcissique et une victime qui foutait la frousse au noir. Quelle belle brochette de virilité ! La jument ne pu que lever les yeux au ciel devant le noir et eut tout de suite plus de sympathie pour le blanc. Ce n'était pas son œil qui la dérangeait, elle en avait vu d'autres au faciès plus dégradé, mais ses cicatrices lui donnaient l'impression d'un prédateur au jeu bien caché.
A cette pensée, elle eut envie de renvoyer bouler le blanc et sa tête de victime. Elle eut regard méprisant pour le noir. Elle n'avait pas de temps a perdre avec des idiots de son genre.

«Sans parler de ta taille, ta débilité a dû en faire fuir plus d'un. C'est sûr qu'avec ça plus personne ne doit t'approcher !»


Son regard dédaigneux tomba sur le noir comme un jugement et un fin sourire étira ses lèvres.
Code by Joy





Autres Signa':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PF - Eph.

avatar

Messages : 38
Points d'XP : 76
Date d'inscription : 17/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Lun 16 Avr - 17:20



Like strangers that nobody

Understood
ÜHESILMNE - FT. BLACKHOLE & WYRDFELL

Sometimes I thought it was better to have a single dream than billions of stars, and then I knew you would never understand.


L'obtus crétin arbora une mine qui se voulait apparemment empathique, et manqua de tirer un ricanement à Ühesilmne. Non content de sa navrante stupidité, la nature l'avait ainsi également gratifié d'une ineffable naïveté. C'en était presque pathétique de tomber si facilement dans le panneau. A croire que le Persano était doué d'une formidable capacité de manipulation.
Sans rien laisser paraître de son amusement, alors qu'il aurait été proche de se rouler par terre dans un bon fou-rire, Ühesilmne soutint le regard de l'entier aux crins dignes d'une jument de gala. Celui-ci, avec un sourire satisfait et le regard plein d'orgueil d'un poulain trop gâté, achevait de s'admirer pour porter son attention sur le borgne.

« Je n'ai pas à le craindre. Quiconque ayant un soupçon d'intelligence réfléchirait avant de m'attaquer, je suis l'un des plus grands, enfin, plus grand que lui, déjà. »

Et le plus gros, aussi. Sûr que ceux qui l'engraissent comme ça ne lui ont jamais appris que les scorpions les plus mortels n'étaient pas ceux aux plus grosses pinces. Se retenant tant bien que mal de pouffer, Ühesilmne manqua de renvoyer une pique cinglante dans la face de l'opportun, juste pour calmer un peu ses ardeurs. Mais, jugeant qu'il serait plus amusant de le laisser s'enliser dans sa bêtise, il se contenta de lui offrir un magnifique visage de marbre.

« Ceci dit, il est vrai que ton œil n'est pas le plus sympathique que j'ai rencontré, sans vouloir être méchant, mais ça doit te simplifier la vie, je trouve ! Pas d'œil, pas d'ennuis ! »

A ces mots, Ühesilmne demeura franchement incrédule. Il était complètement con, ou quoi ? Il n'avait qu'à se crever les yeux, puisque ça semblait si simple d'être aveugle. C'était tellement évident qu'être borgne facilitait la vie... Qui ne rêverait pas d'être partiellement aveugle, d'être incapable de voir tout un côté, d'avoir du mal à appréhender les distances ? Non, vraiment, c'était si avantageux !

« Sans parler de ta taille, ta débilité a dû en faire fuir plus d'un, lança soudain la jument. C'est sûr qu'avec ça plus personne ne doit t'approcher ! »

Enfin un point sur lequel il s'accordait avec la tachetée. Le Persano lui jeta un bref regard, pour s'apercevoir qu'elle souriait presque béatement, comme toute fière de sa bouffonnerie peu subtile. Vraiment, elle n'avait rien d'autre en stock, celle-là ? L'idiotie de ces deux-là l'exaspérait plus qu'elle ne l'amusait, à présent. Un instant, il songea à les planter là pour aller trouver des choses plus intéressantes à faire. Mais, se ravisant, il fit quelques pas vers le noir, plaquant ses oreilles contre son crâne d'un air outré et le défiant d'un regard glacial.

« Je m'étonne que tu ai encore tes deux yeux, puisque cela te semble si génial d'en avoir un en moins. Tu veux que je te les crève, peut-être ? C'est un si grand plaisir que d'être pour moitié aveugle ! »


(c) PF




© Atlas - LamiaLuna (DeviantArt)
Couleur de parole : #BE6B9B


© Atlas - Whitelightning (DeviantArt)
Couleur de parole : plum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackhole

Princesse des victimes

avatar

Messages : 71
Points d'XP : 179
Date d'inscription : 18/10/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Ven 20 Avr - 19:40

Éphémère
Ühesilmne

Blackhole
Nomade

「 Like strangers that nobody understood 」

La jument et l’autre le fixèrent avec une attention déplaisante. Rien qu’à voir leurs regards, on comprenait les sentiments peu sympathiques qu’ils éprouvaient à son égard. Blackhole ne se démonta pas pour autant, et étira son sourire. La domestiquée le jaugea quelques instants, puis, sans se départir de son calme, rétorqua :
«Sans parler de ta taille, ta débilité a dû en faire fuir plus d'un. C'est sûr qu'avec ça plus personne ne doit t'approcher !»

C’est tout ? Ce n’était que ça ? Elle était vraiment dénuée de sans de la répartie, et de méchanceté pour tenter de provoquer avec des propos si puérils. Mais la femelle semblait de réjouir de ses quelques paroles, alors soit. Il la laisserait croire qu’elle avait gagné, si cela suffisait pour qu’elle le laisse tranquille. Le noiraud savait bien que la plupart des chevaux ne l’appréciaient pas, mais leur avis lui était bien égal. Il vivait pour lui, et rien de particulier ne le touchait vraiment.

Or, l’étalon blanchâtre, d’une couleur bien moins sympathique que la neige environnante, ne trouva pas la réflexion à son goût. Peut-être qu’il n’aurait pas dû l’insulter ouvertement sur ses yeux ? Peut-être qu’il était complexé par leur ton glacial ? Ou peut-être tout simplement qu’il était trop susceptible ou colérique pour laisser passer une pique de ce genre. Il coucha les oreilles, et l’air intimidant, s’approcha de l’ébène, qui le regardait sans ciller. Bien ridicule et aucunement impressionnant. Il n’était qu’un petit cheval parmi tant d’autres, un petit cheval qui ne se satisfaisait pas de son physique, et qui était jaloux de sa beauté naturelle ? C’était fort probable, qui ne hurlerait pas en voyant son poil lustré, ses crins bouclés, et sans aucun nœud ?
« Je m'étonne que tu aies encore tes deux yeux, puisque cela te semble si génial d'en avoir un en moins. Tu veux que je te les crève, peut-être ? C'est un si grand plaisir que d'être pour moitié aveugle ! »

Il était donc énervé. Le frison cligna les yeux quelques fois, étonné de la haine que pouvait ressentir le sauvage. Ce n’était qu’une petite réflexion, nullement méchante. Mais tout le monde n’était pas pareil, et c’est donc qu’il l’avait mal pris. Cependant, il ne prit pas sa menace au sérieux. Il avait simplement mal exprimé ses pensées. Il ne souhaitait pas être borgne, mais simplement que la vie pouvait être plus simple, notamment en repoussant des peureux qui cherchaient la bagarre.

D’un sourire mielleux, le nomade intima un ordre silencieux à l’entier, lui conseillant intérieurement de ne pas chercher le combat. Il le trouverait, et malgré ses cicatrices légèrement impressionnantes, son adversaire ne serait pas de taille. Certes, Blackhole n’était pas l’étalon le plus futé des parages, mais la qualité physique était aussi bien importante dans les duels. Il observa la jument tachetée, amusé par la situation. Ces deux inconnus se liguaient contre lui, mais ne semblaient pas vouloir faire le premier pas. Le port de tête altier, il les calma, souhaitant passer une journée assez agréable, sans avoir à subir leurs remontrances et leurs humeurs passagères :
« Mais ne t’énerve pas mon petit. Ce n’était qu’une réflexion parmi toutes celles qui se bousculent dans mon cerveau », termina-t-il en fixant avec attention la femelle, prouvant dans ce sous-entendu qu’il avait un minimum de neurones.




Asrae, VendettaImaging & DreamWorks


Dernière édition par Blackhole le Sam 12 Mai - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrdfell

avatar

Messages : 10
Points d'XP : 20
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Dim 29 Avr - 21:19



« Like strangers that nobody understood. »
Ühesilmne & Blackhole

L'étalon blanc entra dans une colère sourde et s'approcha vivement du noir. Lequel, en plus de son air débile d'ahuri, clignait des yeux rendus ronds par la surprise. Même un humain stupide n'aurait pas fait une gaffe pareille.
Malgré le mauvais pressentiment de sa comédie feinte, la jument ne pouvait s'empêcher de plaindre le blanc d'être tombé sur un tel cheval. Loin d'avoir retenu la leçon, celui-ci s'enfonça un peu plus:

«Mais ne t’énerve pas mon petit. Ce n’était qu’une réflexion parmi toutes celles qui se bousculent dans mon cerveau»

Il darda ensuite son regard vers elle. Quel message essayait il de faire passer ? Qu'il avait des neurones ? Loupé. Elle avait envie de le frapper. Elle n'aurait pas été surprise d'apprendre que ses parents l'avait abandonné et a juste raison. Cet étalon irritant ne méritait même pas qu'on s'intéresse a lui. La jument soupira. Elle aurait tellement aimé que le blanc ait été plus grand que le noir, histoire de lui rabattre son caquet d'abruti mal fini.

«Quel cerveau ?»

Elle n'aurait pas le fin mot de l'histoire mais peut être que le mâle blanc oui. Du moins elle l'espérait. Elle se demandait si le noir avait beaucoup d'amis et comment les autres pouvaient le supporter. Une grosse tête pour pas beaucoup dans le ciboulot. Quel idiot.


Code by Joy



Autres Signa':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PF - Eph.

avatar

Messages : 38
Points d'XP : 76
Date d'inscription : 17/12/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Mar 1 Mai - 21:59



Like strangers that nobody

Understood
ÜHESILMNE - FT. BLACKHOLE & WYRDFELL

Sometimes I thought it was better to have a single dream than billions of stars, and then I knew you would never understand.


Et l'autre andouille clignait bêtement ses grands yeux globuleux de poisson avarié, comme s'il ne lui suffisait pas d'être imbécile et qu'il fallait de plus l'afficher. N'ayant pas le moins du monde l'air de se rendre compte de sa bêtise, et d'avoir conscience de passer pour un parfait bouffon à qui il ne manquait qu'un costume coloré — les grelots ayant déjà trouvé leur place dans l'espace creux de sa boîte crânienne —, il continuait d'arborer son air suffisant et son sourire béat. Bon sang, se pavanait-il toujours ainsi ? Même un poulain paraissait plus mature et réfléchit.

« Mais ne t’énerve pas mon petit. Ce n’était qu’une réflexion parmi toutes celles qui se bousculent dans mon cerveau. »

Quel niais... Vraiment, Ühesilmne devait être un bien bon comédien pour simuler si parfaitement une quelconque colère alors qu'il se trouvait au bord du rire. Le Persano fut fort amusé, et tira une grande satisfaction de voir son manège réussir avec une telle aisance, si bien qu'il fit ellipse de la fin de l'inintéressant babillage du noir, qui n'avait de toute façon guère d'intérêt. Par quel paradoxe cet être dénudé de toute intelligence de forme reconnaissable pouvait avoir acquis la capacité de réflexion ? Probablement ne s'adressait-il pas à Ühesilmne, puisqu'il dévorait à présent de son regard hautain, tant méprisant que méprisable, la jument. A moins que son esprit si peu développé ne puisse capter l'intérêt de diriger ses mirettes vers son interlocuteur lorsqu'il lui parlait ?

« Quel cerveau ? » lâcha la jument après un soupir.

Dieu ! Quelle répartie désastreuse. Pourtant, les paroles de la jument, bien que mal appropriées à une pique digne de ce nom, semblaient faire écho aux pensées de l'entier aux yeux sarcelle, qui laissa échapper un ricanement moqueur.

« Dis-moi mon chou, on ne t'a jamais appris à regarder celui à qui tu t'adresses ? A moins que tu ne sois tout simplement trop idiot pour le savoir... »


(c) PF




© Atlas - LamiaLuna (DeviantArt)
Couleur de parole : #BE6B9B


© Atlas - Whitelightning (DeviantArt)
Couleur de parole : plum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blackhole

Princesse des victimes

avatar

Messages : 71
Points d'XP : 179
Date d'inscription : 18/10/2017

Qui suis-je ?
Genre :
Grade :
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Sam 12 Mai - 21:11

Éphémère
Ühesilmne

Blackhole
Nomade

「 Like strangers that nobody understood 」

Les deux inconnus soupirèrent, pour une raison qui étonna grandement Blackhole. Quoi ? Qu’est ce qu’il avait dit encore ? Après une recherche vaine de ce qui avait pu à ce point les déranger dans son discours précédent, il fronça les sourcils. Il était en totale incompréhension avec le duo de chevaux qui semblaient sur la même longueur d’onde. Et qui étaient aussi contre lui, quoi qu’il dise. La jument lâcha une interrogation :
«Quel cerveau ?»

Le frison coucha ses oreilles, et darda claquer ses dents. Sa façon de se supérioriser par rapport à lui l’agaçait plus que tout. De plus, sa petite voix l’horripilait. Tout en elle l’agaçait énormément. Mais il ne pouvait s’en prendre à la tachetée, plus petite. Mais bon, il ne fallait pas qu’il gaspille son énergie pour cette misérable petite chose. Alors qu’il allait l’ignorer, le blanchâtre prit la parole, une nouvelle fois pour le ridiculiser :
« Dis-moi mon chou, on ne t'a jamais appris à regarder celui à qui tu t'adresses ? A moins que tu ne sois tout simplement trop idiot pour le savoir... »

Le noiraud fit une grimace. Ce cheval ne semblait pas avoir un quotient intellectuel supérieur au sien. Il était même plutôt stupide, en fait. Il s’adressait à la jument, pas à ce borgne neuneu. Il lança un regard noir à celui qui venait de parler pour ne rien dire. Il en profita pour le détailler, avec une moue dédaigneuse. Sa robe était fort abîmée, et ses cicatrices n’étaient pas là pour arranger le désastre. Et son œil, sacrilège ! Quelle horreur ! C’était la cerise sur le gâteau, la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
« Désolé, ma poupée, mais c’est à l’autre qui ne semble pas dotée d’un cerveau plus que moi que je parlais. »





Asrae, VendettaImaging & DreamWorks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrdfell

avatar

Messages : 10
Points d'XP : 20
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Mar 26 Juin - 15:33



« Like strangers that nobody understood. »
Ühesilmne & Blackhole

Ah, ça y est ! Maintenant les deux se crachaient a la figure et ils se servaient d'elle. Génial. Elle fut cependant ravie quand sa remarque lui valut la tête courroucée de l'autre idiot noir. D'ordinaire, elle n'aimait pas rabaisser les autres mais il faut toujours une exception à la règle n'est-ce pas ?

« Désolé, ma poupée, mais c’est à l’autre qui ne semble pas dotée d’un cerveau plus que moi que je parlais. »

La jument lui jeta un regard de travers. Malgré toute la difficulté qu'elle avait pour le comprendre -et cela ne venait pas d'elle- il lui semblait que cet individu au Q.I d'un de ces petits coquillages bivalve de bord de mer venait très légèrement de la prendre pour cible. Elle se demandait encore pourquoi il avait fallu qu'elle se retrouve coincée entre ces deux idiots. Tandis que le noir détaillait encore le blanc avec une expression de dégoût non dissimulé sur la face, elle avança de quelques pas afin de se planter entre les deux étalons, presque sous le nez du nomade.


«Comme te l'a dit mon cher compagnon d'infortune, quand on parle a ou de quelqu'un, on le regarde. Donc si tu as quelque chose a dire, je t'écoute pourvu que tu arrives a parler de façon intelligible»

Elle était exaspérée et elle n'aurait pas blâmé celui qui ensevelirait l'étalon sous un tas de neige par inadvertance.


Code by Joy



Autres Signa':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ühesilmne

avatar

Messages : 13
Points d'XP : 57
Date d'inscription : 23/10/2017

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   Mer 27 Juin - 0:44



Like strangers that nobody

Understood
ÜHESILMNE - FT. BLACKHOLE & WYRDFELL

Sometimes I thought it was better to have a single dream than billions of stars, and then I knew you would never understand.


Le gros noir fit une mimique des plus disgracieuses, et Ühesilmne s'enorgueillis bêtement de voir ainsi que ses paroles avaient piqué l'autre. Et puis — oh, bonheur ! —, le regard assassin qu'il lui lança l'amusa plus encore. Petite princesse était en colère ? Oh, la belle affaire ! Qu'allait-il bien faire ? L'attaquer avec un rayon-laser d'arc-en-ciel sorti des yeux ? Lui péter des paillettes à la figure ?

« Désolé, ma poupée, mais c’est à l’autre qui ne semble pas dotée d’un cerveau plus que moi que je parlais. » répliqua-t-il avec un semblant de réparti.

Le Persano laissa un rire lui échapper. Mais quel crétin ! Vraiment, il avait refait sa journée. Enfin un amusement digne de ce nom !

« T'as du mal avec les accords mon pauvre, alors. A moins que tu ne te sois pas rendu compte que ton petit était une jument. »

Ühesilmne pouffa de plus belle. Il devait avoir l'air bien con, mais bon, c'était pas nouveau. Et puis, il avait un concurrent de taille ; à côté du gros frison, il devait paraître terriblement sain d'esprit. Sain d'esprit, vous imaginez ? Quel ennui !


(c) PF


HRP :
 




(c) Atlas - DreamWorks
Couleur de parole : teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Like strangers that nobody understood. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Like strangers that nobody understood. »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cynydd ▬ And then her heart changed, or at least she understood it. The winter passed, and the sun shone upon her. [WIP]
» We must remain perfect strangers » Paradoxal Obsession
» I have understood that without you, I was nothing more - Lydia
» Strangers in the night [Livre 1 - Terminé]
» English can be weird. It can be understood through tough torough thought, though - Pv Céleste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cimarron RPG :: RP :: Territoires d'Atlas :: Le Bois Enchanté-
Sauter vers: