« On dit que la légende de l'Ouest fut écrite sur la selle d'un cheval. Mais aucun cheval ne l'avait contée avec son cœur... Jusqu'à ce jour... »
 

Partagez | 
 

 « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »

Aller en bas 
AuteurMessage
Ühesilmne

avatar

Messages : 15
Points d'XP : 87
Date d'inscription : 23/10/2017

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Mar 26 Juin - 18:54



I thought it was not death

to be how foolish
ÜHESILMNE - FT. COLERE DU CIEL

It was as if two fools were racing with the sun and jumping off a cliff hoping the wind would carry them.


Le Persano suivait du regard le vol léger d'un oiseau marin. Son plumage blanc, presque aussi immaculé que la robe soyeuse d'Ühesilmne, se confondait avec les nuages laiteux. Il tournoyait, là-haut, dans l'azur profond du ciel estival. L'entier aux yeux sarcelles se demandait ce que cela faisait, d'être au-dessus de ce monde, de survoler les vagues et les forêts, d'aller chatouiller le soleil. Ça devait être fichtrement marrant de voir des dos sans membres remuer. Quelque chose heurta brusquement l'oreille du Persano. Tout d'abord surpris, il se secoua, et leva la tête. Est-ce qu'il pleuvait ? Non, le ciel était toujours aussi bleu, et l'oiseau tourbillo...

« Putain ! »

Il secoua la tête en tous sens, dégoûté de savoir sa si belle robe souillée par les fientes de ce connard de piaf. Et lui, posé sur un rocher, poussant ses ignobles petits cris comme pour se moquer ! Ah, il allait le payer, le salaud... Ühesilmne se rua vers lui avec un cri de fureur, les dents à découvert ; mais le volatile fut plus leste, et s'envola dans un nuage de plumes avant qu'il ne l'atteigne. Stupide, stupide bestiole. Le Persano se redressa, et s'approcha des vagues qui déposaient leur écume sur la plage. Si tant est que l'on puisse encore appeler ça une plage, tant la marée était basse. Ses tentatives de contorsion pour nettoyer son oreille se soldèrent par un cuisant échec, et il dû se résoudre à s'allonger sur le sable chaud pour que l'eau puisse venir lécher la rebutante matière.

Mais l'oiseau ne semblait pas avoir dit son dernier mot ; probablement outré par l'attaque de l'entier, il se ruait à présent sur lui avec force de cris désagréables. En voyant la masse pâle fondre sur lui, Ühesilmne bondit sur ses sabots et se décida à prendre la fuite pour éviter d'avoir à affronter cet adversaire ailé — non, vraiment, c'était du bon sens.

Donnant des coups-de-culs en direction du volatile, Ühesilmne s'élança dans la première direction possible — la mer. Il s'enfonça dans le sable détrempé, pataugeant dans cette mélasse humide causée par l'océan qui à présent se résumait à quelques flaques d'importance variée.
Au loin, la silhouette de l'île qu'il savait renfermer quelques vestiges humains se dressait et se rapprochait. Il força l'allure, décidé à la regagner. Qu'avait-il à perdre, de toute façon ? Il s'emmerdait, alors autant faire un peu de tourisme dans ce coin qu'il connaissait bien peu. Oh, et puis, merde, il avait pas envie de s'arrêter là. C'est fou ce qu'une bonne galopade peut faire du bien. Il s'enfonça dans la forêt verdoyante de l'île, s'émerveillant de la puissance qu'il sentait dans ses muscles lorsque ses sabots fracassaient le sol tapissé d'herbe et de mousse.


(c) PF


HRP :
 




(c) Atlas - DreamWorks
Couleur de parole : teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 285
Points d'XP : 397
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : monture du caporal
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Mar 26 Juin - 19:35

Colère du ciel feat Ühesilmne
...
Is death inevitably fatal?
Ce matin colère avait était sortie part un des nomades, un miracle tiens ! C'est qu'il commencer a s’empattait le sauvage. Le nomade le conduisit sur la plage, seule une longe le retenait a cet homme, colère envisagea donc de tirait comme un fou pour filait, mais son attention fus rapidement happé par le bipède qui le conduisait de l'autre coté, en s'éloignant de la plage le sombra trotta dans l'eau sans comprendre ce changement soudain. Les oiseaux volait au-dessus d'eux ce qui rappela que son premier soucis était de filer, ce que le sombre réussit a faire avec succès en prenant l'homme par surprise, il cabra et fit demi tour, il prit la poudre d'escampette et fonça de l'autre coter, à l'opposé de l'humain.

Il finit par arrêter ça course au bord de la mer, il s'avança dans l'eau, au loin il voyait se dresser les vestige sur leurs île, il n'avait aucune envie d'y remettre les pieds même si il savait qu'il serait seul, son bipède devait pas être très loin par contre, le sombre préféra donc surveillez ces arrière tout en soufflant un peu sous le soleil, mais l'homme apparut bien vite a son gout, trop vite même et le sombre se jeta à l'eau pour éviter d'être attraper, mais le bipède s'accrochait, pourquoi avait il fallut qu'il tombe sur un humain aussi embêtant tiens ! le sel brûlait c'est plais mais ça priorité était de se tailler d'ici et du camp nomade, il parvint a l'île aux vestige et continua sur l'affleurement ou il dérapa sur des pierres, ce lieu lui portait la poisse, c'était pas possible ! Et le sombre chuta a l'eau après avoir presque réussi a parvenir au bout de l'île. Colère se débattit un moment avant de parvenir a se rééquilibrait, courir toujours courir, et maintenant nager ! et en plus le nomade l'observer en riant,agacer le sombre partie a la nage loin de l’île, il ne savait pas où il allait mais il ne comptait pas faire plaisir a se bipède. Il se faisait agresser par les vagues, elles lui sautaient au visages et lui brûlaient les yeux, le sauvage décidât de positiver et de se dire qu'au moins si il y avait une jument sur l'île qui s'approchait au loin, bas il serait présentable.

Le sombre parvint a une plage et il ne se fit pas prier pour sortir de l'eau, des qu'il se fut secouer pour enlever le trop d'eau il levât la tête en espérant trouver une odeur de jument, mais rien, il venait de faire des kilomètre pour le vide, il était seul, Colère fit donc contre mauvaise volonté bonne fois et s'engagea dans les terres, au moins il ne serrait pas embêter par les bipèdes ou par les cailloux des vestiges.



By Khyda


On a qu'une vie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ühesilmne

avatar

Messages : 15
Points d'XP : 87
Date d'inscription : 23/10/2017

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Ven 29 Juin - 17:15



I thought it was not death

to be how foolish
ÜHESILMNE - FT. COLERE DU CIEL

It was as if two fools were racing with the sun and jumping off a cliff hoping the wind would carry them.


Il serpentait avec agilité entre les troncs noueux, ignorant les buissons qui lui fouettaient les flancs. Son corps musclé, robuste, fendait les sous-bois avec aisance. Non, vraiment, personne ne pouvait lui arriver au boulet. Quelle merveille de la nature faisait-il ! Il passa tel une flèche près de divers tas de cailloux qui portaient le nom de vestiges. Qui pouvait bien s'intéresser à ces trucs difformes ? Il lança un coup-de-cul, sans même ralentir son allure. Quel plaisir, de foncer à travers la forêt ! Et ce, malgré ces connasses de branches qui s'amusaient à lui griffer les flancs...

Soudain, il déboucha hors de la forêt. Devant lui s'étendait l'horizon, caressé par des herbes hautes. La surprise le fit trébucher. Stupide, stupide trou... Il s'ébroua et força encore l'allure, tout décontenancé de se retrouver en espace libre. Le vent secouait ses crins et balayait sa belle robe immaculée. Il releva l'encolure et ferma les yeux, profitant simplement de l'instant. Et soudain, le sol se déroba sous ses sabots.

Son cœur manqua un battement lorsque ses membres se mirent à s'agiter dans le vide. Il ouvrit les yeux pour voir autour de lui, dans un tourbillon agité, le ciel et la mer qui s'entremêlaient. Sa bouche s'ouvrit sur un cri, qui ne s'échappa jamais ; l'eau l'envahit aussitôt, et engloutit bientôt son corps tout entier, l'attirant vers le bas. Le sel lui brûla les yeux, et il se mit d'instinct à agiter ses membres dans l'espoir de regagner la surface... Avant de se bouffer un rocher en pleine tronche.
Sonné, Ühesilmne sentit sa conscience vaciller. L'eau le recracha à la surface, et il prit une grande bouffée d'air, toussant et crachant le liquide puant le poisson mort. Le goût répugnant ne s'en irait jamais de sa bouche ! Il secoua la tête pour reprendre ses esprits, et aperçu ce qui semblait être de la terre ferme plus loin. Les courants avaient dû l'entraîner au large... Et merde. Son coeur se mit à battre plus vite à mesure que l'affolement le gagnait. Qu'est-ce qu'il avait encore foutu pour se foutre dans cette merde pas possible ? Il allait finir noyé comme le parfait imbécile qu'il était ! Il se mit à nager vers l'île, espérant qu'il s'agisse réellement d'une île, et qu'elle n'était pas habitée par un quelconque peuple païen cannibale. Quoi que, il les boufferait bien avant.

Il posa le sabot sur une plage brûlante à la teinte orangée. Nager lui avait donné faim — pas soif, parce que la bouffe c'était bien plus sacré que ce truc insipide qu'on appelait "eau" —, mais il ne voyait pas une touffe d'herbe à des kilomètres à la ronde. Pas un pommier, pas un seul truc à piquer à des humains. Fais chier. Le coin ressemblait plus à un four qu'à autre chose. Une fournaise, pire que le territoire des soldats. Il se serait presque attendu à voir ces crétins en bleu surgirent sur leurs minables petits domestiqués en braillant comme des morses en rut. Il s'avança sur ce terrain hostile dans l'espoir de trouver un peu de bouffe à l'ombre des grands pics qu'il entrevoyait là-bas.


(c) PF




(c) Atlas - DreamWorks
Couleur de parole : teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 285
Points d'XP : 397
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : monture du caporal
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Lun 20 Aoû - 11:59

Colère du ciel feat Ühesilmne
...
Tous les officiers de cavalerie sont idiots, mais comme ils sont riches, ils peuvent se payer des chevaux intelligents.
L'étalon s'enfonçait dans les terres arides, il était seul à première vus et le soleil taper dur alors il ne voyait pas d’intérêt a chercher un moyen de rentré sous cette chaleur, autant trouver un coin d'ombre, il observa les pics un instant, les terres du fort y ressemblé alors il trouverais sans doute un lieux pour se mettre à l’abri de cette chaleur pour trouvé un échappatoire une fois que la fraicheur nocturne serait  là, une fois parvenu vers des parois rocheuse le sombre se mit en quête d'un lieu ou s’abriter dut soleil, ça robe noir était en surchauffe.

Des bruits de sabots parvinrent bientôt à lui, il n'était donc pas seul, Colère du ciel dressa les oreilles tout en continuant d'avancer, si l'étranger voulais venir à ça rencontre alors il n'avait qu'à le rattraper tiens ! il arriva enfin a l'ombre de ces falaises et se secoua pour enfin détendre ces membres. Il fit une pause et se mit a surveiller vers l'origine des bruits de sabots, qui pouvait bien vivre sur ces terres, comment tu survis dans un milieux pareils, ça le sombre comptais bien le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ühesilmne

avatar

Messages : 15
Points d'XP : 87
Date d'inscription : 23/10/2017

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Ven 24 Aoû - 0:47



I thought it was not death

to be how foolish
ÜHESILMNE - FT. COLERE DU CIEL

It was as if two fools were racing with the sun and jumping off a cliff hoping the wind would carry them.


Bordel, mais qui l'avait foutu dans ce merdier ?! Ah oui, lui-même. Il lança un coup-de-cul, frustré, avant de se rappeler que ça servait à rien parce que c'était pas l'air qui faisait apparaître la bouffe. Pourquoi s'emmerder à tabasser quelqu'un qui est même pas capable de nous filer ce qu'on désire ? Du coup, il fit un saut de mouton pour taper le sol. Sans succès.

Ühesilmne aperçut soudain une silhouette qui avançait pas mal loin de lui. Enfin, "silhouette", le mot était sans doute un peu fort puisque ça ressemblait plutôt à une grosse tache noire difforme. Et au vu de la lenteur à laquelle la chose devait avancer, pour que le Persano parvienne à aller plus vite qu'elle malgré son pas traînant, le première pensée qui lui vint à l'esprit fut celle d'une limace mutante. Mais non. En plissant un peu les yeux, il vit que c'était juste un canasson trempé de sueur. Finalement, il aurait préféré une limace mutante.
Puis ses oreilles basculèrent en avant. C'était peut-être une jument ? Oh, vraiment, ça serait sympa ça. Il s'emmerdait à mourir. Instinctivement, son pas s'accéléra, ses naseaux cherchèrent à capter une odeur derrière la puanteur de ses divines sécrétions de rosée du matin que sa peau offrait délicatement aux rayons solaires.
Plus il se rapprochait, plus il songeait avoir affaire à une jument. Une jument à la délicate croupe arrondie, qui se balançait au rythme de ses pas, faisant onduler sa queue qui parfois s'élançait dans l'air... Et merde, c'était un mâle.

Déçu, Ühesilmne poursuivi sa quête du Brin d'Herbe Sacré. Ses pas le portèrent jusqu'aux géants rocheux qu'il avait aperçu depuis son magnifique échouage. Et, miracle ! il parvint à y dénicher quelques tiges vertes, sèches et poussiéreuses. Pourtant, en levant la tête, son regard croisa le Saint Graal : une touffe épaisse et verdoyante, accrochée à la falaise, bien en évidence mais inaccessible. Nan mais on le prenait pour Tantale ou quoi ? Ühesilmne recula de quelques pas, et s'élança vers la roche. Il mit toute son énergie dans son... Hum, pardon, ses postérieurs, et s'arracha au sol d'un bond formidable. Ses sabots antérieurs se posèrent sur la roche, qui s'effrita sous le choc, et battirent un instant contre la pierre comme s'il essayait de galoper sur la paroi verticale, avant qu'il ne retombe lamentablement au sol. Il redressa pourtant victorieusement la tête, ses quelques brins d'herbe fièrement coincés entre ses dents. Et aussitôt engloutis.

Il s'éloigna au trot entre les roches, ragaillardis par ses petites trouvailles. Et puis, soudain, au détour d'un pic, il se retrouva nez-à-nez — littéralement — avec un truc noir et blanc. Il fit un bond en arrière, surpris, et le dévisagea dans un instant de stupeur qui semblait être une éternité. C'était la ju... Heu, le mâle de tout à l'heure. Il pouvait à présent voir des taches qui constellaient sa robe noire. Et, pour le coup, consteller était le mot juste. On aurait pu y voir Canis Minor. Oh, et là ! Il y avait même la constellation du lapin nain ! Et celle du hamburger ! Sans oublier celle de la pokéball-d'où-sort-un-pikachu.


(c) PF




(c) Atlas - DreamWorks
Couleur de parole : teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 285
Points d'XP : 397
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : monture du caporal
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Jeu 1 Nov - 20:26

Colère du ciel feat Ühesilmne
...
Tous les officiers de cavalerie sont idiots, mais comme ils sont riches, ils peuvent se payer des chevaux intelligents.


Colère du ciel put enfin observait l'être qui vivait sur ces terres, lui qui s'attendait a voir un être robuste et fière, tout ce qu'il trouva ne fut rien d'autre qu'un poney avec plein de cicatrice, bein tiens, il ne manquait plus que ça, la compagnie d'un poneys qui venait du trous du... enfin vous voyez de quoi je parle, qui plus est sur une pauvre île sans grands intérêt. Le sombre fit donc une petite place à l'ombre pour le borgne et l'observa avec méfiance, c'est quoi ce poney ? il avait combattu quoi pour finir dans cet état ? La simple vision de la tête du blanc le dégouté.

- Hum... Bonjour je suppose

Il était clair que parlait avec un être pareille le dégouté au plus haut point, mais ne dit rien et se contenta de le saluait sans rien dire de plus et sans sympathie non plus, il ne connaissait rien à cet étalon, peut être que les chevaux de l'île était dangereux, enfin sur le doute, autant ne pas prendre de risque, mais ça ne voulait pas dire qu'il devait avoir peur, non il devait juste restait sur ces positions. L'étranger ne semblait pas vraiment intelligent et reluquait le sombre d'une façon assez bizarre comme si ça robe lui faisait des trucs pas normal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ühesilmne

avatar

Messages : 15
Points d'XP : 87
Date d'inscription : 23/10/2017

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Dim 4 Nov - 19:39



I thought it was not death

to be how foolish
ÜHESILMNE - FT. COLERE DU CIEL

It was as if two fools were racing with the sun and jumping off a cliff hoping the wind would carry them.


Canis Minor tira une tronche des plus sympathiques et bougea son postérieur tacheté pour s'écarter du Persano. Ühesilmne rabattit un instant ses oreilles contre son crâne, jugeant fort déplacée la façon dont il lorgnait sa face défigurée. Quoi, il savait pas qu'un putain œil ça se crève ? Il vivait dans le monde des bisounours ou quoi ? Il devait vraiment être stupide, pour s'imaginer qu'on ne pouvait pas avoir des cicatrices un peu plus imposantes que les petites égratignures qui le couvraient. Le pauvre avait dû se faire attaquer par une armée de souris aux petites griffes aiguisées pour se retrouver dans un pareil état. Ou faire un câlin à un roncier.

« Hum... Bonjour, je suppose. »

Bah vas-y, cache ta joie l’égratigné...
Ühesilmne redressa l'encolure, affichant un rictus méprisant en réponse à celui de Canis Minor. Celui-ci le regardait avec méfiance, comme s'il craignait que le borgne ne lui saute à la gorge. Au moins, il ne semblait pas représenter une menace dans l'immédiat.

« Dis-donc, t'es doué en suppositions toi ! »


(c) PF


HRP :
 




(c) Atlas - DreamWorks
Couleur de parole : teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colère du Ciel

Boule disco & Chanteur de Piaf

avatar

Messages : 285
Points d'XP : 397
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Localisation : dans le fort

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : monture du caporal
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Sam 22 Déc - 15:25

Colère du ciel feat Ühesilmne
...
Tous les officiers de cavalerie sont idiots, mais comme ils sont riches, ils peuvent se payer des chevaux intelligents.


Et bien il était tombait sur un sacré compagnon, le sarcasme du borgne ne semblat pas surprendre l'ancien soldat qui ne prit pas la peine de lui renvoyer son sarcasme, au contraire il remua ces oreilles et se contenta de tenter d'avoir une conversation civilisé dans la limite du possible avec ce sauvage.

- Tu me vois ravie de faire ta connaissance.

Loin d'être ferme son ton semblait amicale à première vus, les deux étalons se faisait face et le sombre rester tranquile face à lui et le réinvita à se mettre à l'ombre sans reculer, il continuait d'observer le sauvage, il ne savait pas à quoi s'attendre d'un étalon comme lui, mais bon il avait une chance infime d'être tomber sur un cheval qui aimait juste faire de l'humour, même si son avit penchait plus pour un idiot. La poisse avait dut refaire surface dans ça vie tien.

- Comment dois je vous appeler ?

Le combre ne savait comment parler à cet étalon qui semblait incister pour créé un gouffre entre eux et couper court au conversation mais en même temps il semblait trop idiot pour savoir comment faire.




By Khyda


On a qu'une vie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ühesilmne

avatar

Messages : 15
Points d'XP : 87
Date d'inscription : 23/10/2017

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Solitaire
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   Dim 13 Jan - 22:11



I thought it was not death

to be how foolish
ÜHESILMNE - FT. COLERE DU CIEL

It was as if two fools were racing with the sun and jumping off a cliff hoping the wind would carry them.


Ühesilmne se fit gratifier d'une danse auriculaire — les oreilles hein, parce qu'un cheval avec un petit doigt, ce serait bizarre, même pour Canis Minor  — en réponse à sa réplique. En plus de ressembler à une boule à facettes, il nous faisait sa petite danse lui ! A quand le karaoké ?

« Tu me vois ravi de faire ta connaissance. »

Canis Minor avait décidément une répartie des plus palpitantes. Dans le genre palpitation cardiaque d'un mort. Mais Ühesilmne le releva à peine — ou plutôt, l'éclipsa au profit d'un autre élément dans son encéphale qui n'était jamais si actif que pour se foutre de la gueule des autres. Il lui avait parlé avec... Sympathie ? Genre, comme si c'était son pote ? P't'être bien que ça l'amusait de se prendre des critiques en pleine face. C'est pas lui qu'allait juger ce tacheté qu'il jugeait quelques peu attardé hein. Ou peut-être que cet idiot se prenait pour un rat en vie lorsqu'il rencontrait quelqu'un. Ou qu'il comprenait juste pas l'ironie et croyait réellement être un expert en supposition — est-ce qu'on appelle ça un suppositoire ?

« Comment dois-je vous appeler ? » demanda-t-il.

Wow, alors là. Tant de déférence dans un suppositoire égratigné ! Canis Minor avait visiblement pas compris que le principe du vouvoiement, c'est pour les gens qu'on a pas déjà tutoyé. A moins qu'il n'ai besoin de changer de lunettes à force de voir des constellations partout et qu'il ne voit double. M'enfin...

« Tu m'as pris pour le Roi Soleil ou quoi ? J'suis tout seul dans ma tête hein, pas la peine de me parler comme si on était vingt-cinq. » se moqua-t-il.


(c) PF




(c) Atlas - DreamWorks
Couleur de parole : teal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Damn, I've never hear the warning... When the foolishness started to kill ? »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. That Damn Hot Gynecologist.
» Kote Dominiken ak Ayisyen ap kwaze fè sou entènet.
» WARNING!! avis aux nouveaux inscrits
» 400000 PROSTITUÉES?DAMN!
» i needed to hear a word from you ⊹ jaycee&aidan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cimarron RPG :: RP :: Terres Libres :: Payantes :: L'Île Aride (Payante)-
Sauter vers: