« On dit que la légende de l'Ouest fut écrite sur la selle d'un cheval. Mais aucun cheval ne l'avait contée avec son cœur... Jusqu'à ce jour... »
 

Partagez | 
 

 « Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles... » - Libre aux indiens

Aller en bas 
AuteurMessage
Anoki

Leprechaun à taches

Leprechaun à taches
avatar

Messages : 101
Points d'XP : 152
Date d'inscription : 25/02/2017

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Cheval du Chef
Autres infos :

MessageSujet: « Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles... » - Libre aux indiens   Mer 8 Aoû - 18:43



Brasier de nos âmes
FT. ...


Bidziil glissa sa main sous l'abondante crinière du Kerry Bog. Son visage était grave, et, cette fois, Anoki ne se sentait pas l'envie de faire l'idiot. Il échangea un regard peiné avec son cavalier.

« Elle aussi... murmura l'humain. Viens. »

Il se dirigea vers le centre du camp, appuyé sur sa monture comme s'il craignait que tout ne s'effondre autour de lui. Et pourtant, seul le Noir pouvait voir la peine et le doute à travers sa démarche fière et sa tête haute. Il ne pouvait se permettre de fléchir, pour sa Tribu.

Peu à peu, les indiens s'approchèrent, humains et chevaux formant un arc de cercle autour du chef. Les quelques Lakotas que Bidziil avait envoyé quérir les absents revinrent et lui adressèrent un signe de tête pour lui signifier que les derniers arrivaient. Il ne fallu guère longtemps pour que tous soient rassemblés, et que Bidziil ne se relève, sa main appuyée sur le garrot d'Anoki.

« Comme vous le savez, plusieurs de nos montures ont disparu ces derniers temps. De fidèles chevaux, dont nous doutons tous qu'ils aient pris de telles décisions d'eux-même. Aujourd'hui, une autre des nôtres nous a quittés. Wyrdfell. »

Il marqua une pause, sachant inutile d'empêcher les indiens de murmurer entre eux. Certains glissèrent une main sur leur monture, comme craignant que leur complice ne parte lui-aussi.

« Nous ne savons pas ce qu'ils sont advenus. Ceux qui ont tenté de les retrouver n'y sont pas arrivés. Lorsque je l'avais évoqué avec les soldats et les nomades, ils m'avaient affirmés qu'ils se trouvaient dans la même situation. A présent, nous ne pouvons plus qu'espérer que les dieux nous les ramènent, et veiller sur ceux qui se trouvent encore à nos côtés. Nous devons tous veiller sur nos camarades. »

Son regard balaya son assistance, empreint de sagesse et de gravité. Anoki savait qu'il aurait voulu pouvoir aider les disparus, mais nul ne savait ce qu'ils étaient devenus.

« Nul ne devra s'éloigner du camp seul, humain ou cheval. Les poulains resteront au camp, et aucun équidé ne devra être laissé sans surveillance. Vous devez me prévenir aussitôt si vous découvrez quelque chose. »


(c) PF



- (c) Asrae & Winters linearts -
Miciiiii ma petite princesse rose Asrae <3

Un immense merci à ma Sushi pour le vava **

Autre :
 


Anoki et Hurricane (meilleurs amis du monde :D) :
 


Couleur de parole : forestgreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flamme

avatar

Messages : 42
Points d'XP : 177
Date d'inscription : 10/03/2018

MessageSujet: Re: « Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles... » - Libre aux indiens   Sam 18 Aoû - 22:41

Ft Anoki et …. SURPRISE ! br/>

Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles …




La pouliche vagabondait aux alentours du camp, à la recherche de caresses et de fruits. Mais les seules tapes qu'elle reçut sur l'encolure était bien mornes, dénuées d'énergie. Déçue, elle alla finalement brouter, nonchalamment, ennuyée de la journée. Pas de balades en groupes, de chevaux intéressants à trouver, même le temps gris se mettait à l'humeur des indiens.

Et puis, comme signe d'une bénédiction, Flamme vit le fameux Anoki, la monture du chef indien, arriver, accompagné de son propriétaire. Celui-ci fit un appel de groupe, et, intriguée de voir ce qui pouvait être plus important qu'elle. Les sourcils froncés, elle se posta au bout du demi-cercle, campée fortement sur ses deux membres dégradés. Ses iris enflammées brillaient farouchement, tandis qu'elle écoutait tout le blabla de l'homme. Elle saisit les éléments premiers du monologue, selon quoi tous les chevaux de la région disparaissaient, des soldats aux nomades, en passant par les indiens. L'ambre eut une pensée pour Rey, la nokota qu'elle avait rencontrée quelques semaines plus tôt, en en vint à s'inquiéter pour elle, bien qu'elle ne doutait pas de son caractère tempêtueux.
"Nul ne devra s'éloigner du camp seul, humain ou cheval. Les poulains resteront au camp, et aucun équidé ne devra être laissé sans surveillance."

Heu … Quoi ? Attendez ? On peut répéter? L'ancienne domestiquée lâcha une exclamation mêlée de surprise et de désespoir. Elle avait adoré vivre avec les indiens pour sa semi-liberté, et voilà qu'on lui supprimait pour une histoire de chevaux débiles qui savaient pas éviter les lassos. Elle se tourna vers son voisin, un étalon alezan au regard vif avec l'œil cerné de peinture rouge, et lui glissa sans grande discrétion :
"Mais c'est stupide ! C'est en restant confiné qu'on va attirer les voleurs, et ils vont attaquer le campement pour nous récupérer ! T'imagines ? Plus de tribu, plus de Lakotas …"







Merci beaucoup à Asrae pour ce kit dont je suis fan !! **

Line :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Orage

Amour de Source aux Petits Poissons & frisé comme un mouton

avatar

Messages : 21
Points d'XP : 30
Date d'inscription : 16/03/2018

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Indien
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles... » - Libre aux indiens   Dim 19 Aoû - 10:45

Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles...
Tôt dans la matinée alors que le jeune broutait il vit Anoki plus loin qui se faisait ramenait au centre du camp par son bipède puis les autres chevaux se diriger a leurs suite avec leurs bipède respectif, finalement seul l'étalon dressa son encolure frisé et chercha son cavalier surpris par cette désertion soudaine, il n'était pas vraiment d'accord pour rester seul avec les temps qui courts, il donna un coups de sabot au sol, son humain devait sans doute encore dormir dans son tipis tiens, il partis donc au petit trot vers son tipis et hennit dessus aussi fort que possible pour le réveiller et se ne fut pas peine perdue quand le jeune garçon se leva enfin pour repoussé son étalon avec mécontentement, Nuage d'orage lui montra ça croupe pour l'arrêter et il secoua son encolure pour montré l'attroupement a son cavalier. Fièrement il conduit son cavalier dans l'assemblé et écouta attentivement se qui se passait, les mesures qui étaient prisent ne semblait pas convenir a Flamme mais lui trouvait ces mesures très bien, mais cette idée n'était pas pour plaire a son cavalier toujours près pour partir seul avec ça monture frisé. Nuage d'orage avait beau être aussi immature que son cavalier, il n'était aussi fou et ne tenait pas franchement a partir d'ici.

Une question trottait quand même dans ça tête, il n'aimait ne pas comprendre et il voulais savoir ce que tout ces chevaux était devenu, au début il avait pensait aux nomades, mais si eux aussi était toucher et que les soldat c'était fait avoir aussi, le jeune commençais a être inquiet, il ne voulait pas disparaitre et si en ce moment on les observer, il était peut être le prochain sur la liste, il baissa ces oreilles et son encolure perdant son attitude fière au fur et a mesure qu'il songer a ça. Son indien posa ça main sur son encolure et la tapota doucement en silence, rien ne pouvait le rassuré.



un énorme merci a Khyda !!!
dédicace a Atlas avec l'avatar !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoki

Leprechaun à taches

Leprechaun à taches
avatar

Messages : 101
Points d'XP : 152
Date d'inscription : 25/02/2017

Qui suis-je ?
Genre : Masculin
Grade : Cheval du Chef
Autres infos :

MessageSujet: Re: « Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles... » - Libre aux indiens   Jeu 23 Aoû - 18:25



Brasier de nos âmes
FT. ...


Si la plupart acceptèrent les paroles sages de Bidziil avec des murmures d’assentiment et des hochements de tête, certains parmi les plus jeunes et les plus immatures couchèrent les oreilles et ouvrirent la bouche pour protester. Cela n'était guère étonnant, mais Anoki échangea un regard avec son cavalier, espérant qu'aucun d'entre eux ne déroge aux règles. Le camp était le seul endroit où ils pourraient être surveillés et protégés.

Pourtant, ce ne furent pas les jeunes effrontés qui rétorquèrent, bien qu'une yearling du nom de Flamme protesta bruyamment, faisant s'agiter les oreilles d'Anoki avec un certain amusement. Il connaissait le caractère de la pouliche, aussi enflammé que son nom, et espérait qu'elle aurait la présence d'esprit de rester tranquille malgré tout. Ce fut un guerrier indien qui se redressa, accusant les soldats dont il avait aperçu récemment un groupe à la frontière.

« Les soldats envoient souvent des patrouilles faire le tour de leurs frontières, et cela n'a jamais posé problème. Vous savez que nous n'avons pas d'ennuis avec eux en ce moment, et cela n'a pas de raison de changer. Il en va de même pour les nomades.»

Bon nombre des indiens, humains comme cavaliers, eurent des moues sceptiques et se mirent à protester. Les nomades étaient passés dans les parages peu avant que les disparitions ne commencent, les soldats étaient bien plus présents à la frontière que d'habitude... Ils avançaient mille arguments auxquels Bidziil répondait par un regard autoritaire, soulignant ses paroles. Sans preuve formelle et sans hostilité de la part des autres, il refusait de rompre les relations pacifiques qui maintenaient un équilibre entre les humains du Cimarron. Anoki lui jeta un regard en coin, conscient qu'il songeait à Colt. Lorsqu'ils s'étaient rencontrés suite aux premières disparitions, le soldat lui avait affirmé qu'ils n'étaient pas en cause. Il avait bien du mal à remettre en question la parole de son ami. Hurricane lui avait dit que certains chevaux avaient disparu, mais aux écuries du Fort, ils pensaient à une fugue et certains prétendaient même que la tribu indienne n'était pas étrangère à l'histoire. Après tout, les chevaux du Fort étaient bien moins à-même de disparaître, alors qu'ils passaient leur temps enfermés.
Le Kerry bog renâcla doucement pour faire revenir le silence, comme son cavalier ne semblait pas décidé à le faire. Bidziil lui flatta l'encolure, comme une remerciement muet.

« Si cela peut apaiser les esprits, des patrouilles seront envoyées aux frontières. Mais en aucun cas un conflit ne doit être déclenché. J'aimerais à présent m'entretenir avec certains. »

Il adressa un signe à quelques guerriers parmi les plus valeureux du camp, et se dirigea vers son tipi avec un salut respectueux pour les anciens, qui prenaient toujours part aux conseils importants que le chef tenait. Anoki, à qui il avait intimé de rester auprès des autres, jeta un oeil vers quelques chevaux qui marmonnaient d'un air peu convaincus, et s'attarda sur Flamme, l'invitant du regard à le rejoindre si elle avait quelque chose à dire.


(c) PF



- (c) Asrae & Winters linearts -
Miciiiii ma petite princesse rose Asrae <3

Un immense merci à ma Sushi pour le vava **

Autre :
 


Anoki et Hurricane (meilleurs amis du monde :D) :
 


Couleur de parole : forestgreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flamme

avatar

Messages : 42
Points d'XP : 177
Date d'inscription : 10/03/2018

MessageSujet: Re: « Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles... » - Libre aux indiens   Sam 25 Aoû - 20:23

Ft INDIENS !  br/>
Elle est relou xD

Jusqu’à ce que le feu dévore nos entrailles …




Après quelques remarques accusant les soldats, le groupe se dispersa. Elle regarda avec une vexe grandissante l'étalon alezan après duquel elle s'était agacée. Il ne l'avait pas calculé, trop intéressé par le sujet de la journée pour porter attention à la petite pouliche qui s'énervait pour finalement ne rien dire. Elle restait presque seule sur le carré d'herbe, pendant que les poulains se rejoignirent, et que les juments discutaient en fixant avec inquiétude leurs progénitures.  

Flamme sentit pourtant un regard peser sur elle. Ses iris enflammées parcoururent rapide-ment le camp, et finalement se stoppa sur Anoki. Rah, elle allait encore se faire passer un savon. Il ne la connaissait que trop bien. Enfin, elle n’avait pas été très discrète, après tout. Mais bon, tous n’avaient pas osé ouvrir leur bouche, il fallait bien que quelqu’un le fasse. Et bien, ce serait elle.

Après une grimace, elle avança, doublant par la même occasion un étalon à la tête de lèche botte, Nuage d’Orage. Les arabesques sur tout son corps ou presque le rendaient plus laid encore. Il lui semblait qu’il était la monture du fils du chef. Et il croyait qu’il fallait montrer l’exemple, comme un super petit élève. Waouh ! Qu’il était mature … L’ambre ne s’empêcher de le tester gentiment. Anoki la regardait. Elle eut un regard méprisant envers le palomino, et lui fouetta le flanc de la queue par pure volonté.  

    Arrivée face au kerry bog, elle ne put s’empêcher de le plaindre.  Etait-il si naïf que ça ? S’il fallait qu’elle se lève en plein milieu de la nuit pour se dégourdir les jambes, elle le ferait. Et compterait sur sa bonne étoile pour ne pas se faire attraper par les voleurs pour le moment jamais vus … Elle arriverait bien sûr à fuguer, mais puisqu’il souhaitait discuter, autant l’occuper un peu.
« Nan mais c’est vrai, il faut dire ce qui est. L’effet de groupe peut avoir des effets positifs, je dis pas, mais peut aussi être néfaste. Ils vont être en manque de chevaux, et nous attaquer, nous et nos humains ! Toi qui est si proche de ton cavalier, tu voudrais quand même pas qu’il se fasse attraper aussi. On a des jambes rapides, faut s’en servir. »

La pouliche eut un grand sourire, absolument fière de son petit discours. Si avec ça il comprenait pas, c’était fichu d’avance !





Merci beaucoup à Asrae pour ce kit dont je suis fan !! **

Line :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles... » - Libre aux indiens   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Jusqu'à ce que le feu dévore nos entrailles... » - Libre aux indiens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Tout est innocent, jusqu'à ce que l'on décide du contraire {Alexandre}
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Jusqu'aux dernières lueurs de la nuit [ pv Lalwende ]
» Jusqu'où ira t-on dans cette société ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cimarron RPG :: RP :: Terres des Indiens :: Le Camp-
Sauter vers: